NOUVELLES
25/03/2014 11:36 EDT | Actualisé 25/05/2014 05:12 EDT

Venezuela: un an de prison pour le maire d'opposition d'une ville contestataire

L'opposant Daniel Ceballos et maire de San Cristobal, capitale de l'état de Tachira (ouest), berceau des protestations au Venezuela, a été condamné mardi à un an de prison pour n'avoir pas mis fin à la violence dans cette ville, a indiqué le Tribunal suprême de justice (TSJ).

"Daniel Ceballos a été condamné à 12 mois de prison", indique le communiqué du tribunal diffusé mardi soir.

L'avocat de M. Ceballos, Norman Méndez, a indiqué sur Twitter que la décision de la chambre constitutionnelle du TSJ, après sept heures d'audience, implique également la "fin du mandat de maire" et ne permettra pas de faire appel.

M. Ceballos est le second maire de l'opposition condamné à une peine de prison par le TSJ comme conséquence de son manque de réactivité pour prévenir les troubles à l'ordre public et les barricades dans les rues au cours des protestations contre le gouvernement de Nicolas Maduro, qui ont fait 34 morts en plus d'un mois.

Le premier a été Enzo Scarano, maire de l'opposition de San Diego, dans l'Etat de Carabobo (nord), et qui, en quelques heures, a été arrêté, jugé et condamné à 10 mois de prison par le TSJ. Le lendemain, les autorités électorales annonçaient la convocation d'un nouveau scrutin pour le remplacer.

"Justice! Je ne connais pas les détails de la condamnation (de Ceballos), mais ce qu'on m'a dit, c'est que justice à été faite", a réagi mardi le président Maduro au cours de son émission de radio "En contact avec Maduro".

M. Ceballos est le deuxième dirigeant du mouvement Volonté populaire a être placé en détention dans le cadre de la vague de protestations contre le gouvernement qui a débuté à San Cristobal le 4 février après l'arrestation de Leopoldo Lopez, le principal leader du parti détenu dans une prison militaire depuis le 18 février et accusé également d'instiller la violence.

pc/yow/emb/jr