NOUVELLES
25/03/2014 01:17 EDT | Actualisé 25/05/2014 05:12 EDT

Ouganda: un haut gradé jugé pour un projet d'assassinats politiques

Un chef du renseignement militaire ougandais, accusé d'avoir fomenté un complot pour assassiner des responsables politiques de ce pays d'Afrique de l'Est, a comparu mardi devant un tribunal militaire, a annoncé son avocat à l'AFP.

Le commandant Herbert Muramagi Assimwe est accusé d'avoir voulu assassiner des députés, notamment. Les mobiles précis de cette conspiration présumée restaient peu clairs.

"On nous a lu l'acte d'accusation, dont +complot en vue d'assassiner des parlementaires+ et ceux qu'ils appellent des +supérieurs+ (hiérarchiques). Mais mon client nie ces accusations", a déclaré à l'AFP l'avocat de l'accusé, Allan Sserulika, ajoutant que le Parquet s'était opposé à une libération sous caution.

Le commandant Muramagi Assimwe était le chef des opérations maritimes de l'Organisation de sécurité intérieure, une agence de contre-espionnage ougandaise.

Des militants des droits de l'Homme ont par le passé accusé le gouvernement d'utiliser cet organisme pour se débarrasser d'adversaires politiques.

M. Muramagi Assimwe est aussi accusé d'avoir agi de façon "préjudiciable à l'ordre et à la discipline" de l'armée, a indiqué le porte-parole de l'armée ougandaise, Paddy Ankunda, précisant que le procès reprendrait le 1er avril.

Le nom du général Muhoozi Kainerugaba, fils du président Museveni et chef d'une unité des forces spéciales, a été cité dans la presse comme l'une des possibles cibles du projet d'assassinat.

En septembre 2013, des officiers ougandais ayant travaillé au bureau du coordinateur du renseignement David Sejusa Tinyefuza, avaient été jugés pour tentative de coup d'Etat.

David Sejusa Tinyefuza avait quitté l'Ouganda en avril 2013, après avoir affirmé dans une note confidentielle que le président Museveni, au pouvoir depuis 1986, préparait sa succession en faveur de son fils Muhoozi Kainerugaba et prévoyait de faire assassiner ceux qui s'opposaient à ce projet au sein du régime.

Aucun lien ne semblait établi dans l'immédiat entre les deux affaires.

str-sas/eln/ayv/de