NOUVELLES
25/03/2014 02:03 EDT | Actualisé 25/05/2014 05:12 EDT

France: visite d'Etat de trois jours du président chinois

Le président chinois Xi Jinping est arrivé mardi à Lyon (centre-est) pour une visite d'Etat de trois jours en France, visant notamment à renforcer les relations économiques bilatérales, a constaté un journaliste de l'AFP.

Il a été accueilli peu après 18H30 (17H30 GMT) à l'aéroport de Lyon Saint Exupéry par le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius et le sénateur-maire de Lyon, Gérard Collomb.

Une quarantaine de personnes, dont quelques Tibétains et Taiwanais, avaient manifesté dans l'après-midi dans le centre de Lyon contre les violations des droits de l'Homme en Chine. Ce rassemblement était organisé à l'appel des associations Tibet Chine Actualité et Falungong.

La visite d'Etat en France de Xi Jinping s'inscrit dans le cadre des célébrations cette année du 50e anniversaire des relations diplomatiques franco-chinoises établies le 27 janvier 1964. En pleine guerre froide, le général de Gaulle, alors président français, avait été le premier dirigeant occidental à reconnaître la Chine communiste.

Cette visite "sera l'occasion pour moi d'une part de faire le bilan du passé et de célébrer l'amitié entre nos deux pays, d'autre part de construire l'avenir et de faire accéder nos relations à un nouveau palier", a déclaré M. Xi dans une tribune publiée mardi par le quotidien Le Figaro.

Notamment en matière économique, espère Paris, qui profite de ces trois jours pour dérouler le tapis rouge aux entreprises et investisseurs chinois et tenter de relancer la relation économique.

Après Lyon, le président chinois sera mercredi à Paris pour signer à l'Élysée un partenariat stratégique validant l'entrée de la société chinoise Dongfeng et de l'État français au capital du constructeur automobile PSA Peugeot Citroën. Des ventes d'Airbus pourraient être aussi annoncées. Devrait également être signé "un partenariat industriel renforcé" entre Airbus Helicopters et la Chine. Dans le nucléaire, le patron d'Areva, Luc Oursel, espère aussi signer des accords.

Le groupe français Suez Environnement a d'ores et déjà annoncé mardi qu'il va créer une société commune avec des partenaires chinois pour construire et exploiter une usine de traitement et de valorisation énergétique dans la région de Nantong (Jiangsu, est de la Chine).

Lors de leurs entretiens, les présidents français François Hollande et chinois devraient évoquer notamment l'Ukraine, au lendemain d'une réunion des grandes puissances du G7 à La Haye. Pékin affiche une indulgente neutralité à l'égard de Moscou, mais il n'y a "aucun motif de désaccord", selon Paris.

Le dirigeant chinois, accompagné de son épouse, commence sa visite en France par Lyon, ancienne capitale de la soie et pionnière dans l'accueil des étudiants chinois en France, qui entretient de longue date des relations privilégiées avec la Chine. Après Paris, le président chinois est attendu à Berlin et Bruxelles.

bur-ppy/nd/ial/prh