Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Espagne - 29e journée: l'Atletico enfonce le Betis et revient sur le Real

L'Atletico Madrid, bousculé puis dominateur à 11 contre 10, a enfoncé le Betis (0-2) dimanche à Séville pour la 29e journée du Championnat d'Espagne, revenant à hauteur du Real avant le clasico entre le leader merengue et le FC Barcelone en soirée.

A la faveur d'une différence de buts particulière favorable, les Colchoneros occupent temporairement la première place et pourraient même virer en tête à neuf matches de la fin du championnat si le Barça battait le Real Madrid dimanche soir au stade Bernabeu (20h00 GMT).

Au stade Benito Villamarin, l'"Atleti" a été bien aidé par l'expulsion du Sévillan Braian Rodriguez avant l'heure de jeu (56), prenant ensuite l'ascendant sur une frappe splendide du capitaine Gabi (58) puis un but de l'Hispano-Brésilien Diego Costa (64), son 23e en Liga cette saison.

Mais auparavant, les joueurs madrilènes ont souffert face à une lanterne rouge volontaire et bien mal récompensée de sa débauche d'énergie.

La première période a été intense, physique, tendue, et même si l'Atletico a eu les meilleures occasions, il n'a pas eu la partie facile.

Diego Costa, pas avare d'efforts comme à son habitude, a joué de malchance : à la 23e minute, il a adressé une magnifique reprise de demi-volée à bout portant, qui a fusé sous la barre avant d'être annulée pour un hors-jeu peu évident.

En début de seconde période, le Betis a commencé à bousculer sérieusement l'Atletico et a même cru à l'exploit sur un déboulé de Juankar, mais le jeune ailier a expédié sa frappe croisée sur l'extérieur poteau du gardien "colchonero" Thibaut Courtois (48).

Décidément, le Betis vit une saison cauchemardesque : déjà éliminés aux tirs aux buts jeudi en huitième de finale d'Europa League par leur grand rival le FC Séville, les "Verdiblancos" ont vu leurs efforts contre l'"Atleti" réduits à néant sur un geste bête de Braian Rodriguez.

L'attaquant uruguayen, déjà averti en première période pour un tacle, a reçu un second carton jaune logique pour une main volontaire (56), laissant ses équipiers batailler à dix.

Gabi a alors assommé les Andalous d'une magnifique frappe de l'extérieur du pied droit qui a fini sa course au ras du poteau (58), avant que Costa ne fusille le gardien de près (64), écoeurant un Betis bon dernier et bloqué à neuf longueurs du premier relégable.

A quelques heures du clasico, voilà le Real Madrid prévenu : défaite interdite face au FC Barcelone, car l'Atletico s'est parfaitement placé en embuscade.

jed/jta

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.