Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

L'économie russe pâtit déjà des tensions autour de l'Ukraine (Koudrine)

L'ex-ministre russe des Finances Alexeï Koudrine, très respecté des milieux d'affaires internationaux, a averti que l'économie russe pâtissait déjà des conséquences des tensions autour de l'Ukraine, avant même que des sanctions aient été imposées à la Russie.

"Je peux déjà le dire avec certitude: les robinets des crédits pour la Russie sont en train d'être fermés", a-t-il déclaré dans des propos publiés vendredi sur son site internet.

"Les crédits contractés par nos entreprises à l'étranger s'élèvent à 700 milliards de dollars actuellement. Aujourd'hui, cela commence à se réduire du fait que de nombreuses lignes de crédit seront supprimées, certains projets communs vont être stoppés, et cela a même déjà commencé", a-t-il expliqué.

Il a aussi averti que la croissance en Russie, déjà chancelante, risquait d'être réduite à zéro cette année.

"Je pense que dans ces circonstances, (la croissance) sera inférieure à 1%. On aura peut-être même une croissance nulle du PIB cette année", a dit l'ex-ministre, sorti du gouvernement fin 2011.

Si les Occidentaux imposent de sévères sanctions à la Russie, la fuite de capitaux devrait s'accélérer et atteindre 50 milliards de dollars au cours du premier semestre de l'année, selon M. Koudrine.

edy/lpt/ml

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.