POLITIQUE
11/03/2014 12:55 EDT | Actualisé 12/05/2014 05:12 EDT

Élections 2014: Québec solidaire propose des CLSC ouverts en tout temps

Agence QMI

Québec solidaire veut renforcer les services de soins de santé de première ligne au Québec en créant des CLSC améliorés, ouverts 24 heures sur 24, sept jours sur sept. De cette manière, le parti entend désengorger les urgences et réaliser des économies.

« L'idée est de rendre disponibles des professionnels de la santé, l'accessibilité à des soins de qualité et à proximité pour l'ensemble des Québécois, en régions et dans les grands centres », a dit mardi Amir Khadir, en conférence de presse à Montréal.

« Ces établissements existent déjà. Nous n'avons pas à payer à nouveau pour des infrastructures. Nous avons 144 CLSC, relativement bien répartis sur le territoire. Il s'agit de les financer adéquatement et d'engager du personnel là où les besoins s'en ressentent », ajoute celui qui travaille aussi comme médecin dans le réseau de la santé.

Les CLSC doivent devenir le pivot de première ligne, pour éviter qu'un parent ait à se rendre à l'urgence parce que son enfant fait de la fièvre, donne en exemple la formation politique. Ce recours systématique aux urgences engendre des coûts importants pour l'État, rappelle QS.

Selon Québec solidaire, les CLSC, un fleuron du Québec, étaient un concept révolutionnaire pour la médecine de proximité mais ont été délaissés au cours des décennies en raison du « lobby de l'establishment corporatiste de certains médecins ».

« Les cliniques privées, les cabinets, les groupes de médecine familiale et les CLSC doivent se concevoir en fonction des besoins de la population. Et non pas un patchage de structures qui fonctionnent de manière désorganisée, trop collées sur les besoins des professionnels de la santé », a dit Amir Khadir.

Plus d'infirmières

Afin d'améliorer le réseau des CLSC, QS investirait 400 millions de dollars en cinq ans pour embaucher 800 professionnels de la santé, infirmières et autres.

Pour financer cette mesure, le parti compte notamment réduire le coût des médicaments dans les pharmacies d'hôpitaux. L'Ontario a réduit du tiers ses dépenses à ce chapitre, se traduisant par des économies d'un milliard de dollars, selon Amir Khadir.

QS reverrait aussi la rémunération des médecins, pour favoriser la médecine généraliste.

Le candidat dans Mercier a ainsi remis en question le plan des libéraux pour financer leurs promesses électorales. « Contrairement aux libéraux qui viennent d'improviser cette histoire de 50 supercliniques, sans avoir aucune idée de son financement, Québec solidaire a déjà prévu le financement du renforcement des CLSC et pour engager des professionnels de la santé », a-t-il affirmé.

Amir Khadir croit qu'il est possible d'atteindre le nombre voulu d'infirmières et d'infirmières praticiennes (souvent appelées superinfirmières) en commençant à les former dès maintenant. Il juge toutefois irréaliste l'objectif des libéraux d'augmenter à 2000 le nombre d'infirmières praticiennes sur une période de 10 ans.

M. Khadir a aussi critiqué le bilan du dernier gouvernement libéral en matière de santé. « Philippe Couillard a été ministre de la Santé pendant cinq ans et a échoué à répondre aux besoins. Une des raisons de cet échec est bien illustrée par la présence de Gaétan Barrette dans ses rangs. C'est la trop grande proximité des libéraux avec l'establishment corporatiste des médecins. »

>Élections 2014: toutes les nouvelles et les blogues du HuffPost sur la campagne

INOLTRE SU HUFFPOST