POLITIQUE
11/03/2014 05:28 EDT | Actualisé 12/05/2014 05:12 EDT

Élections 2014: Option nationale veut remettre l'indépendance à l'avant-scène

Agence QMI

Le parti souverainiste Option nationale a officiellement lancé sa campagne mardi, à Montréal, en se donnant comme mission d'« informer les Québécois en matière d'indépendance politique ».

Option nationale juge avoir réussi son premier pari depuis deux ans, soit « réanimer le débat sur la question nationale », malgré « la faible couverture médiatique reçue par notre parti », peut-on lire dans un communiqué de la formation.

« Même M. Harper s'organise face à la possibilité d'indépendance », se réjouit Option nationale.

Le parti estime être le seul à « prendre l'engagement clair de faire l'indépendance dans un premier mandat ».

« En sillonnant le Québec, nous allons informer la population pour leur démontrer comment l'économie du Québec peut créer de l'emploi et enrichir tout un peuple », affirme le chef de la formation, Sol Zanetti.

« Nous allons démontrer qu'un Québec indépendant aura un meilleur système d'éducation, une meilleure protection pour sa langue, une nation en santé avec un meilleur accès aux services, un système électoral plus démocratique, des institutions modernes et efficaces », poursuit-il.

Il faut donc « réveiller le courage » des Québécois de faire l'indépendance, selon M. Zanetti.

Engagement pour l'indépendance

Option nationale a été fondé en 2011 par l'ancien député péquiste Jean-Martin Aussant. Il a quitté la barre du parti en juin dernier, évoquant des raisons familiales.

Sol Zanetti a succédé à M. Aussant à la tête du parti à la fin 2013.

Le parti ne compte actuellement aucun représentant à l'Assemblée nationale. Il avait recueilli quelque 83 000 votes lors du dernier scrutin, soit 1,89 % des voix.

La formation disait ne pas fermer la porte à une éventuelle association avec Québec solidaire et se dit ouverte aux discussions avec le parti codirigé par Françoise David et Amir Khadir afin d'unir les forces de la gauche québécoise.

Samedi, la candidate d'Option nationale dans la circonscription de Taschereau, Catherine Dorion, a précisé que Québec solidaire devra cependant démontrer son intention claire de tenir un référendum si le parti souhaite qu'Option nationale s'associe à lui d'une quelconque façon.

Par ailleurs, Catherine Dorion estime qu'une fusion d'Option nationale avec le Parti québécois serait impossible. Le parti accuse le PQ de « tergiverser encore sur le moment opportun pour faire l'indépendance », alors que « le moment opportun, c'est maintenant ».

Québec solidaire refuse aussi une fusion avec le PQ. Françoise David et Amir Khadir ont en effet rejeté la main tendue de la première ministre Pauline Marois.

>Élections 2014: toutes les nouvelles et les blogues du HuffPost sur la campagne

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Qui se présente? Qui ne se présente pas? Voyez les images