NOUVELLES
11/03/2014 06:22 EDT | Actualisé 11/05/2014 05:12 EDT

Une sénatrice accuse la CIA d'avoir fouillé des ordinateurs appartenant au Sénat

WASHINGTON D.C., États-Unis - La présidente du comité du Sénat américain sur le renseignement a accusé la CIA, mardi, de s'être livrée à des activités criminelles en fouillant illégalement un réseau informatique mis en place pour les sénateurs afin de leur permettre d'enquêter sur le recours à la torture imputé à l'agence sous l'administration de George W. Bush.

Dans le cadre d'une allocution au Sénat, la démocrate Dianne Feinstein a révélé au grand jour une dispute sérieuse mais jusque-là inconnue du public entre le Congrès et la CIA. Elle a précisé que le dossier avait été confié au département de la Justice afin que ce dernier ouvre une enquête.

L'accusation de Mme Feinstein est la plus récente controverse à secouer le domaine du renseignement aux États-Unis, déjà mis à mal par les révélations de l'ancien consultant Edward Snowden au sujet des programmes de surveillance de l'agence nationale de sécurité (NSA) du pays.

Même si les agissements dénoncés par la sénatrice mardi ont une portée plus limitée que ceux signalés dans le scandale de la NSA, ils pourraient tout de même avoir des conséquences importantes puisqu'ils concernent le comité qui supervise les programmes et le financement de la CIA.

La sortie de Dianne Feinstein est d'autant plus cinglante que la démocrate comptait jusqu'ici parmi les rares personnes à avoir défendu les agences de renseignement à un moment où elles étaient très critiquées, aux États-Unis comme à l'étranger.

Mme Feinstein a affirmé avoir exigé des excuses de la part de la CIA, mais que celle-ci était demeurée silencieuse.

Interrogé au sujet de l'accusation de la sénatrice démocrate, le directeur de l'agence, John Brennan, a assuré que la CIA n'avait pas essayé d'empêcher la publication du rapport du comité sur les allégations de torture et qu'elle n'avait pas piraté les ordinateurs du Sénat.

Il a ajouté que les autorités compétentes examineraient l'affaire et détermineraient si la loi avait été enfreinte.

Les démocrates membres du comité sénatorial sur le renseignement ont indiqué que le rapport avait été complété l'an dernier et qu'il était en cours de révision à la suite des commentaires de la CIA.

Lors du dépôt de la première version du document en décembre 2012, Dianne Feinstein avait soutenu que ses collaborateurs et elle-même avaient conclu que le programme de détention et d'interrogatoires de la CIA n'avait permis de recueillir que très peu de renseignements dignes d'intérêt.