NOUVELLES
11/03/2014 04:23 EDT | Actualisé 11/05/2014 05:12 EDT

Salvador : début de la vérification des résultats de la présidentielle

Le vérification des procès-verbaux du deuxième tour de la présidentielle au Salvador a débuté mardi, a indiqué le Tribunal électoral, le résultat très serré de dimanche en faveur du candidat de gauche étant contesté par son adversaire.

La vérification portera sur les procès-verbaux des 10.445 urnes, dont certains contestés par l'opposition donneront lieu en outre à un recompte des bulletins.

"Le dépouillement final et définitif a commencé. A ce niveau, les magistrats du Tribunal électoral suprême n'ont aucun rôle. Ces sont les bureaux qui envoient (les résultats)", a déclaré le magistrat du TSE Walter Araujo.

Les bureaux sont composés de représentants des différents partis, du procureur général et du parquet des droits de l'homme, notamment.

Le processus de vérification pourrait durer jusqu'à vendredi. L'opposition de droite demande elle un comptage de l'ensemble des bulletins de vote, un par un.

Le second tour de l'élection présidentielle dimanche a donné la victoire avec quelques milliers de voix d'avance seulement à Salvador Sanchez Ceren, candidat du parti de gauche au pouvoir, l'ancienne guérilla du Front Farabundo Marti pour la libération nationale (FMLN).

Son adversaire de droite, Norman Quijano, de l'Alliance républicaine nationaliste (Arena), a aussi revendiqué la victoire, accusant le camp d'en face de fraudes.

Jorge Velado, président de l'Arena, a estimé mardi devant des journalistes que "pour que les résultats soient valides, il faut un comptage vote par vote (...) S'ils ne le font pas, c'est parce qu'ils nous ont volé l'élection en fraudant".

Le TSE refuse d'accéder à cette demande, arguant que la loi ne le permet pas, le nombre de bulletins contestés étant inférieur à l'écart de voix entre les deux candidats.

Les résultats préliminaires accordent 50,11% des suffrages (1.494.144 voix) à M. Ceren contre 49,89% (1.487.510 voix) à Norman Quijano.

Mardi, la droite a mobilisé dans la rue des militants politiques, des hommes d'affaires et des jeunes gens des classes aisées, certains protégés par des garde-du-corps.

D'autres, au volant de luxueuses automobiles sportives ou tout-terrain, se sont dirigés vers l'hôtel où se déroule la vérification des documents de clôture du scrutin.

"Les résultats seront transparents", a affirmé le président du TSE, Eugenio Chicas.

Le président élu doit prendre ses fonctions le 1er juin prochain.

ob/on/tm/hdz/mr