NOUVELLES
11/03/2014 02:55 EDT | Actualisé 11/05/2014 05:12 EDT

Ontario: les libéraux veulent un gel salarial des députés jusqu'en 2019

TORONTO - Les députés de l'Assemblée législative de l'Ontario subiraient un gel salarial de cinq autres années en vertu d'un projet de loi que doit présenter le gouvernement libéral la semaine prochaine, a appris La Presse Canadienne.

Des sources gouvernementales ont indiqué mardi que les libéraux déposeront ce projet de loi pour éviter une hausse salariale automatique de 5 à 6 pour cent qui entrerait en vigueur le 1er avril.

Il y a peu de chances que la loi soit adoptée avant que ne prenne fin l'actuel gel, mais les sources précisent que l'augmentation prévue n'entrera pas en vigueur tant que la possibilité d'un gel sera au feuilleton.

Le projet de loi prolongerait de fait jusqu'en 2019 le gel des salaires des élus imposé tout d'abord en 2009, puis renouvelé en 2012. Et même en 2019, des augmentations ne seraient accordées que si le budget de la province est équilibré.

Les libéraux sont aux prises avec un déficit annuel de 11,7 milliards $, et les sources soutiennent que le gel des salaires des élus et de leurs adjoints non syndiqués démontre que le gouvernement montre l'exemple pour réduire les dépenses de l'État.

Mais selon l'opposition, ce gel salarial ne sert qu'à distraire l'attention de la mauvaise gouvernance libérale.

«Il y a deux enquêtes de la police en cours sur eux, plusieurs scandales les poursuivent dans les dossiers de la cyberSanté et des centrales au gaz, et il s'agit ici d'une tentative de noyer le poisson, de faire oublier ce qui est un très mauvais bilan pour ce gouvernement», a déclaré le leader parlementaire des néo-démocrates, Gilles Bisson.

«Ils tentent de se positionner en présentant un message populiste au cas où des élections aient lieu ce printemps.»

Les députés ontariens doivent normalement gagner 75 pour cent du salaire de leurs homologues fédéraux, mais leur revenu est gelé à 116 500 $ par année depuis cinq ans. Pour atteindre ce taux, ils auraient donc droit à une hausse allant jusqu'à 6,0 pour cent cette année.

Le gouvernement libéral minoritaire a tenté d'imposer un gel salarial de deux ans aux fonctionnaires et à plus d'un million de travailleurs du secteur public ontarien, mais dans plusieurs cas, des failles dans la loi ont permis certaines augmentations.

Le gouvernement de Kathleen Wynne a aussi déposé, la semaine dernière, un projet de loi permettant à l'État d'imposer un plafond salarial pour les hauts dirigeants oeuvrant dans le secteur public. S'il a dit vouloir procéder secteur par secteur, le gouvernement n'a pas donné d'évaluation de ce que pourrait être ce plafond salarial.

Les libéraux auront besoin de l'appui d'au moins un parti de l'opposition pour faire adopter leur projet de loi sur le salaire des élus.