NOUVELLES
11/03/2014 08:01 EDT | Actualisé 11/05/2014 05:12 EDT

Les prêtres rebelles autrichiens créditent le pape François de ses efforts

Les prêtres rebelles autrichiens ont crédité mardi le pape François d'avoir jeté les bases d'une réforme de l'Église catholique, tout en tirant "un bilan mitigé" de sa première année de pontificat.

Le mouvement "Initiative des prêtres", actif notamment en Autriche et en Suisse, avait lancé en 2011 un appel à la désobéissance, réclamant une réforme profonde de l'Église, et notamment l'ordination des femmes et des personnes mariées.

Selon cette fraction frondeuse, le pape "a lancé des signaux clairs pour une réforme de l'Église, mais pour le moment, chez les évêques c'est l'attente qui prédomine".

"Nous voyons doucement que le pape François se place dans le rôle de celui qui lève les tabous, et de celui qui libère la discussion. Si cela échoue, cela ne viendra pas de lui, mais de ses collaborateurs, qui n'utilisent pas ces espaces libres", a expliqué Helmut Schüller, le "meneur" des rebelles, lors d'une conférence de presse à Vienne.

Le mouvement loue la volonté du pape François de mettre un terme à la "monarchie au sein de l'Église". Il y voit "un possible changement d'ère" et fait le parallèle avec le pape Jean XXIII (1958-1963), initiatieur du concile Vatican II.

L'"Initiative des prêtres" revendique plus de 430 adhérents au sein de l'Église catholique autrichienne, et bénéficie du soutien de 3.100 laïcs. En 2011, l'appel du mouvement à la désobéissance des prêtres avait recueilli un large soutien de la population autrichienne.

tba/cs/ros