NOUVELLES
11/03/2014 07:50 EDT | Actualisé 11/05/2014 05:12 EDT

Les économies émergentes freinent la reprise mondiale

La reprise est bien engagée dans les économies avancées mais le ralentissement de l'activité en cours dans les grands pays émergents fait que la croissance mondiale sera cette année au mieux modérée, estime l'OCDE.

Dans son évaluation économique intérimaire publiée mardi, l'Organisation de coopération et de développement économiques souligne en outre que l'hiver particulièrement froid aux États-Unis et la hausse de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) - une taxe à la consommation - qui entrera en vigueur le 1er avril au Japon auront un impact sur le rythme de la reprise.

Pour ces raisons, elle recommande à la Banque centrale européenne et à la Banque du Japon de maintenir leur politique monétaire accommodante, voire même de l'accentuer, et juge que la Réserve fédérale américaine a raison de commencer à mettre fin à son programme de rachats d'obligations.

Pour l'OCDE, la croissance dans les grandes économies avancées au premier semestre 2014 sera « un peu plus lente qu'au deuxième semestre 2013 mais bien meilleure que celle de fin 2012 et début 2013 ».

« Étant donné que les économies émergentes représentent aujourd'hui la moitié de l'économie mondiale, la persistance d'une performance économique médiocre de plusieurs des grandes économies émergentes fait que la croissance mondiale ne sera que modérée à court terme », ajoute l'organisation.

Elle anticipe une croissance qui ralentirait à 1,7% (en rythme annualisé) au premier trimestre pour les États-Unis, contre 2,4% au dernier trimestre 2013, du fait d'une vague de froid exceptionnelle, qui a pesé sur l'activité.

Au Japon, la croissance bondirait à 4,8% sur la même période, grâce à un boom de la consommation avant l'entrée en vigueur d'une hausse de la TVA au 1er avril.

Invoquant l'impossibilité pour ses modèles de prévision d'intégrer certains facteurs exceptionnels, l'OCDE n'a pas actualisé ses prévisions du deuxième trimestre pour ces deux pays par rapport à ses perspectives semestrielles publiées en novembre.

En Europe, l'OCDE anticipe une croissance de 3,7% en rythme annualisé pour l'Allemagne au premier trimestre puis de 2,5% au deuxième. Le rythme de la reprise serait beaucoup plus timide en France (+0,7% au 1er trimestre, +1,0% au deuxième).

Pour la Grande-Bretagne, elle s'établirait à 3,3% pour chacun des deux trimestres.

S'agissant des grands pays émergents, l'OCDE constate chez certains d'entre eux un ralentissement marqué, avec des sorties de capitaux qui ont exposé leurs vulnérabilités. Le Brésil, l'Inde, l'Afrique du Sud et la Turquie ont notamment dû relever leurs taux d'intérêt pour enrayer cet exode.

Pour la Chine, elle s'inquiète des risques d'un coup d'arrêt à la croissance si rien n'est fait pour encadrer la distribution du crédit et remédier aux faiblesses du système financier.