NOUVELLES
11/03/2014 10:40 EDT | Actualisé 11/05/2014 05:12 EDT

Le PQ veut doubler son nombre d'élus à Montréal

Le Parti québécois souhaite voir son nombre de députés montréalais passer de 6 à 12 aux prochaines élections.

Le candidat du PQ dans Rosemont, Jean-François Lisée, a révélé cet objectif aux médias après un point de presse au cours duquel il a présenté la plateforme métropolitaine du parti. Il a notamment évoqué les circonscriptions d'Anjou-Louis-Riel, Verdun et Saint-Henri-Sainte-Anne, toutes actuellement détenues par le Parti libéral du Québec.

« Sur la question de la charte [des valeurs], par exemple, il y a beaucoup d'électeurs libéraux, caquistes, et beaucoup de membres de communautés culturelles qui sont favorables à la charte, assure-t-il. Et pour l'instant, ils sont orphelins, ils ne sont pas habitués de voter pour le Parti québécois. Alors on leur dit : "Sur cette question-là, nous nous rassemblons. Venez avec nous". »

Habiter, travailler, circuler et vivre à Montréal

Le programme montréalais du PQ s'article autour de quatre axes : le logement, le transport, l'emploi et la qualité de vie.

Le parti s'engage notamment à...

  • Financer la construction d'au moins 7500 logements sociaux, communautaires, abordables et étudiants d'ici cinq ans;
  • Doubler le nombre de voies réservées sur les routes de Montréal;
  • Augmenter de 30 % l'offre de transport collectif d'ici 2020;
  • Prolonger la ligne bleue du métro vers l'Est;
  • Soutenir l'implantation d'une cité nationale des métiers;
  • Mettre fin à la moissisure dans les écoles.

Jean-François Lisée se dit également ouvert à accorder à Montréal un statut spécial de métropole, mais préfère attendre la liste de demandes que le maire Denis Coderre rendra publique au cours de la campagne électorale.

Ce que le PQ ne propose pas

La plateforme péquiste ne répond toutefois à aucune des attentes du chef de l'opposition à l'hôtel de ville, Richard Bergeron, qui exige notamment l'aide de Québec pour recouvrir une partie de l'autoroute Ville-Marie, qui traverse le centre-ville, et financer les travaux du chantier de l'échangeur Dorval, près de l'aéroport.

Le PQ ne s'engage pas non plus à offrir à la Société de transport de Montréal (STM) un tarif d'électricité plus abordable que le tarif « L » imposé par le gouvernement Charest. M. Lisée soutient que des débats et des discussions sont en cours, mais qu'il n'a rien à annoncer pour l'instant.

Son discours concernant les travaux devant être effectués à la station de métro Vendôme pour permettre aux usagers à mobilité réduite de se rendre au nouveau site du Centre universitaire de santé McGill est sensiblement le même.

Montréal compte 28 circonscriptions. Le Parti québécois en détient seulement six; Québec solidaire, deux. Les autres sièges sont occupés par des députés libéraux. La Coalition avenir Québec, elle, n'a jamais réussi à faire élire un seul député sur l'île de Montréal, pas plus que la défunte ADQ.

Dix-huit des 28 candidats péquistes sur l'île de Montréal sont des femmes.