NOUVELLES
11/03/2014 06:46 EDT | Actualisé 11/05/2014 05:12 EDT

Le Japon souligne le troisième anniversaire du tsunami

Le premier ministre japonais, Shinzo Abe, a promis, mardi, d'intensifier les efforts de reconstruction alors que le Japon soulignait le troisième anniversaire du tremblement de terre et du tsunami qui ont tué près de 19 000 personnes, détruit des communautés et déclenché une crise nucléaire le 11 mars 2011.

Depuis la catastrophe, le gouvernement nippon a tenté tant bien que mal de rebâtir les villes et villages dévastés ainsi que de décontaminer les lieux soumis aux radiations de la centrale nucléaire Fukushima-Daiichi. Trois ans plus tard, les plans de reconstruction commencent finalement à prendre forme, mais le manque de main-d'oeuvre qualifiée et de matériaux retarde les travaux.

Le désastre, surnommé le « 3-11 » du Japon, a coûté la vie à 15 884 personnes et fait 2 636 disparus sur la côte nord-est du pays. Les autorités japonaises ont l'intention de consacrer 250 milliards $US à la reconstruction d'ici mars 2016.

Trois ans après le tragique événement près de 270 000 Japonais n'ont toujours pas pu regagner leur domicile. Plusieurs d'entre eux sont des résidants de la préfecture de Fukushima qui ne pourront peut-être jamais retourner dans leur maison en raison des radiations de la centrale endommagée.

Durant une cérémonie à Tokyo mardi, les représentants du gouvernement et des survivants ont observé une minute de silence pour marquer le moment où, le 11 mars 2011 à 14 h 26, le séisme de magnitude 9 est survenu au large de la côte de Tohoku. Il s'agit de la secousse la plus puissante à avoir été enregistrée dans l'histoire du Japon.

M. Abe a visité régulièrement les endroits touchés par le drame depuis son élection en 2012 et a assuré, mardi, avoir vu des progrès. L'agriculture et la pêche ont repris dans certaines régions et des gens vivant dans des refuges ont depuis emménagé dans des logements publics. Il a promis d'en faire plus.

Dans certaines zones de Fukushima, la reconstruction a pris encore plus de retard en raison de la crise nucléaire. Plusieurs villes sont toujours inaccessibles à cause du haut taux de radiation.

La centrale a été en grande partie stabilisée, mais est encore le théâtre de fuites d'eau radioactive et d'autres problèmes, ce qui a soulevé des questions sur le réel contrôle exercé par les autorités sur la situation. Les fuites minent la mise hors service de l'installation, qui devrait prendre 40 ans.

Se rappeler en nettoyant les plages de la Colombie-Britannique

Des étudiants japonais en Colombie-Britannique ont choisi de commémorer le désastre du 11 mars 2011 en nettoyant des plages de la côte ouest de l'île de Vancouver dans le cadre du projet Japan Love.

Du 8 au 12 mars, près de 80 bénévoles du projet Japan Love et de l'association des étudiants universitaires internationaux bénévoles mènent une campagne de nettoyage pour souligner le 3e anniversaire de cet événement tragique.

Le projet est financé grâce à un don ponctuel d'un million de dollars offert par le gouvernement du Japon au gouvernement du Canada l'an dernier pour aider au nettoyage des débris du tsunami sur les côtes canadiennes.