Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le Japon appelle Moscou à un "dialogue direct" avec Kiev, refus de Lavrov

Le ministre japonais des Affaires étrangères Fumio Kishida a demandé mercredi à son homologue russe Sergueï Lavrov d'ouvrir un "dialogue direct" avec Kiev, ce que son interlocuteur a refusé.

Dans un entretien téléphonique d'une heure, M. Kishida a demandé à son interlocuteur d'ouvrir "un dialogue direct" avec les autorités intérimaires ukrainiennes pour résoudre la crise concernant la Crimée "et sans porter atteinte à l'intégrité territoriale et la souveraineté de l'Ukraine", a indiqué le chancellerie japonaise.

Selon cette dernière, M. Lavrov a en réponse "expliqué la position de la Russie" et écarté la possibilité d'un tel dialogue direct car Moscou "ne voit aucune légitimité dans le gouvernement intérimaire ukrainien".

Dans une interview exclusive à l'AFP, le président ukrainien par intérim Olexandre Tourtchinov avait déjà affirmé mardi que les Russes refusent tout contact avec Kiev pour trouver une solution diplomatique à la crise autour de la péninsule séparatiste ukrainienne de Crimée occupée par les forces russes.

"Malheureusement pour l'instant la Russie renonce à une solution diplomatique du conflit (...). Les Russes renoncent à tout contact au niveau des ministères des Affaires étrangères et des dirigeants" bien que la communauté internationale "demande à la Russie d'ouvrir des négociations de paix", a déclaré M. Tourtchinov.

kh/pb/jlh/pn/mf

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.