Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le bourreau du Sri Lanka prend peur à la vue du gibet

Un bourreau, nouvellement embauché, a pris ses jambes à son cou à la vue du gibet dont il était responsable, a annoncé mardi le responsable des prisons du Sri Lanka.

"Il a dit avoir peur après avoir vu le gibet" pour la première fois, a déclaré à l'AFP le responsable des prisons, Chandrarathna Pallegama.

Le bourreau, embauché début mars, a été confronté pour la première fois à son outil de travail jeudi.

"Depuis il n'est pas revenu au travail. Je pense qu'il va nous falloir chercher un nouveau bourreau", a ajouté M. Pallegama.

Les deux bourreaux précédents avaient démissionné après s'être faits porter malades à plusieurs reprises.

Pourtant le salaire de 85 dollars par mois est raisonnable au Sri Lanka, et la dernière exécution capitale remonte à 1976...

En l'absence de personnes à pendre, le bourreau est chargé de petites tâches administratives.

"Maintenant que ce gars est parti, nous sommes bien embêtés. Si le gouvernement décidait de reprendre les pendaisons, on ne serait pas prêts à moins de pouvoir vite remplacer le bourreau", selon M. Pallegama.

aj/lto/fc

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.