Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La Corée du Nord impliquée dans le trafic d'armes, dit l'ONU

La Corée du Nord a élaboré des mesures sophistiquées pour contourner les sanctions des Nations Unies, et est entre autres soupçonnée d'utiliser ses ambassades pour des trafics illégaux d'armes, rapporte un rapport de l'ONU rendu public mardi.

Selon le rapport, composé par une équipe de huit enquêteurs, Pyongyang fait aussi appel à des contre-mesures financières pour dissimuler différents achats, qu'ils soient autorisés ou interdits par le régime de sanctions.

Les huit membres de l'équipe d'enquêteurs de l'ONU soupçonnent notamment les ambassades de Corée du Nord à Cuba et Singapour de faciliter une série de trafics d'armes, parmi lesquels une livraison de pièces de missiles et d'avions de combat, interceptée en juillet au Panama.

Les autorités du Panama ont arraisonné à cette époquele porte-conteneurs nord-coréen Chong Chon Gang, qui transportait des armements de l'époque soviétique, dont deux chasseurs MiG-21, dissimulés sous des tonnes de sucre. Après la découverte, Cuba avait reconnu qu'il envoyait à bord de ce navire des armes « obsolètes » en Corée du Nord afin qu'elles y soient réparées avant d'être renvoyées à La Havane.

En vertu des sanctions des Nations unies, la Corée du Nord n'a le droit ni de transporter ni de recevoir de cargaison liée de quelque façon à ses missiles et à son programme nucléaire. L'importation de certains produits de luxe est elle aussi interdite, tout comme certains transferts de fonds.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.