NOUVELLES
11/03/2014 01:45 EDT | Actualisé 10/05/2014 05:12 EDT

Femmes au pouvoir en Amérique latine: une réalité en trompe l'oeil

Avec la prise de fonctions mardi de Michelle Bachelet au Chili, la région Amérique latine et Caraïbes peut s'enorgueillir de compter six femmes dirigeantes, une prouesse qui cache une réalité moins brillante, les femmes demeurant sous-représentées aux postes clés tant en politique que dans les affaires.

Aujourd'hui, six pays de la région sont gouvernés par des femmes: l'Argentine (Cristina Kirchner), le Brésil (Dilma Rousseff), le Chili, le Costa Rica (Laura Chinchilla), la Jamaïque (Portia Simpson) et Trinidad et Tobago (Kamla Persad-Bissessar).

Un exploit si on considère la mauvaise réputation du continent sur les thèmes des droits des femmes et de leur promotion sociale, et alors que l'Europe compte par exemple également six femmes dirigeantes (Allemagne, Lituanie, Danemark, Slovénie, Kosovo et San Marin), contre quatre en Afrique (Liberia, Malawi, Centrafrique et Sénégal) et trois en Asie (Bangladesh, Corée du Sud, Thaïlande).

Toutefois, plusieurs experts et organismes internationaux relèvent que sous cette façade avantageuse, la représentation du genre féminin sur le continent demeure à la traîne dans le monde politique comme dans celui des affaires, surtout lorsqu'il s'agit de postes stratégiques.

Selon la Commission économique pour l'Amérique latine des Nations unies (Cepal), les femmes parlementaires, haut magistrats et ministres ne détiennent que 26% de ces postes sur le continent. Et la situation est plus édifiante encore au niveau local, avec seulement 11,7% de femmes maires.

La secrétaire exécutive de la Cepal, Alicia Barcena, appelait d'ailleurs ce 8 mars à "construire un modèle de développement basé sur l'égalité entre hommes et femmes et prévoyant l'éradication de toute forme de discrimination" dans le cadre de nouveaux objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) post-2015.

- 'L'entreprise inachevée du 21e siècle' -

A ce jour, 13 pays ont adopté des lois imposant des quotas, mais malgré quelques bons élèves (Cuba, Nicaragua) des résultats probants tardent à se faire jour, plusieurs pays se trouvant par exemple en butte à des traditions sociales bien ancrées.

En Bolivie par exemple, la représentante de la branche famille du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) Celia Taborga explique que "c'est un sujet compliqué qui concerne la structure même de la société, profondément patriarcale, qui (...) rend les droits des femmes invisibles".

En outre, le manque de volonté politique est souvent montré du doigt, certains gouvernements laissant souvent ces thématiques au second plan.

Au Pérou, "l'Etat maintient une barrière rigide au ministère de l'Economie, qui ne considère pas comme prioritaires les thèmes liés aux inégalités", étaye Diana Miloslavish, du Centre de la femme péruvienne Flora Tristan.

Selon l'Observatoire de l'égalité des genres (OIG) de la Cepal, cette inégalité est encore plus prégnante au sujet de la représentation sur le terrain économique, où aucun pays ne parvient à établir la parité sur le continent.

Cinq femmes sur dix sont encore exclues du marché du travail en Amérique latine, et le chômage les touche beaucoup plus que les hommes (7,8% contre 5,9%), alors que plusieurs organisations ont érigé l'autonomie financière en tête des conditions permettant le plein exercice des droits des femmes.

Une récente étude du cabinet de consultants McKinsey révélait que seuls 8% des membres des conseils d'administration et 5% des hauts cadres de 348 grandes entreprises latino-américaines sont des femmes. En la matière, le pays le plus performant est la Colombie (17% et 9%).

Ce dernier constat semble préoccupant, mais les experts relèvent que la situation dans le domaine n'est pas beaucoup plus reluisante en Europe (10%, 17%) ou en Asie (8% et 6%).

L'ancienne Secrétaire d'Etat américaine Hilary Clinton estimait récemment lors d'une réunion onusienne que "bien que beaucoup d'avancées aient été réalisées, le progrès (de la condition féminine) reste la grande entreprise inachevée du 21e siècle" dans le monde.

bur-ag/hdz/mf