NOUVELLES
11/03/2014 08:37 EDT | Actualisé 11/05/2014 05:12 EDT

Cigarette électronique : un manque de clarté dans les règles

Les propriétaires d'une boutique de cigarettes électroniques qui vient d'ouvrir ses portes au centre-ville de Québec aimeraient que la classe politique réfléchisse sur son utilisation. 

L'usage de la cigarette électronique est contesté au Canada et au Québec. Les fondateurs de VapoClub veulent éviter que le produit qu'ils vendent soit banni complètement des étagères, explique un des fondateurs de la boutique, Jean-François Tremblay.

« Mon message est simple : donnez-nous l'opportunité de nous asseoir avec vous afin de discuter des réglementations qui doivent être mises en place », dit-il. 

Certains candidats aux élections provinciales se sont prononcés sur le sujet, mais tous ne sont pas du même avis. Yves Bolduc, candidat pour le Parti libéral du Québec dans Jean-Talon, aimerait voir des mesures plus claires sur le sujet.

« Des groupes qui protègent justement la santé des gens entre autres contre les effets néfastes du tabac demandent à avoir une révision assez rapidement. Mon groupe politique et moi-même sommes très en faveur de faire une révision très rapide de la Loi et de faire en sorte de protéger les gens contre les méfaits du tabagisme », explique M. Bolduc.

Éric Caire, candidat de la Coalition avenir Québec dans La Peltrie, croit quant à lui que le produit a des bénéfices, s'il est utilisé dans un contexte précis. « Moi je dis, si c'est un moyen de plus qu'on peut donner à des gens qui veulent cesser de fumer, ce qui doit être un objectif ultime pour tout le monde, bien pourquoi pas ? »

Le candidat du Parti québécois, Réjean Hébert, lui, préfère voir un avis du gouvernement avant de se prononcer. « On attend l'avis de la santé publique qui est en train de réviser toute la question sur le plan scientifique, et dès qu'on a cet avis-là, on inclura la cigarette électronique dans notre prochaine législation sur le tabac », dit-il.

Justement, au Québec, les autorités de la santé publique déconseillent l'usage de la cigarette, mais dans la loi actuelle, il n'est pas question de la cigarette électronique.

Santé Canada, de son côté, cite que « (...) l'annonce et la vente de cigarettes électroniques (...) sont contraires à la Loi sur les aliments et drogues et, donc, illégales. »