NOUVELLES
11/03/2014 05:04 EDT | Actualisé 10/05/2014 05:12 EDT

Cellules STAP: un coauteur d'une étude révolutionnaire veut le retrait de sa publication

Un des coauteurs japonais d'une étude qui décrivait une méthode facile de création de cellules "STAP" proches de l'état embryonnaire a demandé que les résultats de ces travaux soient retirés de la publication, évoquant des erreurs dans la collecte des données.

Teruhiko Wakayama, de l'Université de Yamanashi, conteste deux articles parus dans la revue Nature sur les travaux conduits avec la chercheuse Haruko Obokata et des scientifiques américains, qui présentaient une façon simple de générer en laboratoire des cellules dites "pluripotentes" (capables d'évoluer de diverses façons) à partir de cellules matures ramenées à un état quasi-embryonnaire.

Il existait déjà une technique de reprogrammation génétique découverte par le chercheur japonais Shinya Yamanaka, prix Nobel de médecine, pour créer des cellules souches appelées pluripotentes induites (iPS) sans utiliser des embryons. Toutefois, les cellules STAP offriraient un moyen révolutionnaire moins contraignant et plus efficace.

Las, bien qu'étant enthousiasmants pour la médecine, les résultats obtenus par Mme Obokata font l'objet d'une enquête de l'institut public japonais Riken qui a financé ces travaux mais s'interroge désormais sur les éléments utilisés. Il dit "envisager le retrait de ces recherches".

"Il est difficile de croire en ces résultats, au vu du nombre d'erreurs dans les données" sur lesquels ils sont fondés, a déclaré de son côté M. Wakayama à la chaîne Nippon Television lundi soir.

Nature a annoncé aussi un examen sur ce problème.

Deux autres scientifiques ayant participé ont en revanche maintenu leur confiance dans cette recherche.

Hitoshi Niwa a affirmé que les résultats étaient corrects malgré "des erreurs mineures", d'après les médias japonais.

Un spécialiste des tissus de l'organisme à la Harvard Medical School et à l'Hôpital Brigham des Femmes de Boston aux Etats-Unis, Charles Vacanti, a lui aussi persisté et signé. "Sur la foi des informations dont je dispose, je ne vois pas de raison de retirer cet article", a-t-il expliqué au Wall Street Journal.

"Ce serait vraiment dommage qu'une recherche aussi importante soit annulée à cause de la pression de pairs, alors que les données et les conclusions sont honnêtes et valides", a-t-il ajouté.

Les médias nippons ont ajouté que l'école de médecine de la prestigieuse université de Harvard avait lancé sa propre enquête.

La création de cellules indifférenciées sans employer des embryons est un enjeu majeur pour la médecine régénérative, face aux cancers ou autres pathologies aujourd'hui encore incurables.

Dans Nature, les chercheurs affirmaient avoir réveillé le caractère pluripotent de cellules de globules blancs de bébés-souris, via un processus relativement simple qui stimulerait des propriétés de défense de cellules soumises à un stress particulier. La méthode consiste en un séjour de 25 minutes dans une solution contenant de l'acide citrique, suivi d'un passage de 5 minutes dans une centrifugeuse et d'une semaine d'immersion dans une solution de culture. Efficace, rapide et peu coûteuse, la méthode exige toutefois une étape supplémentaire pour permettre à ces cellules de se reproduire.

kh/pb/pn/kap/ia