Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Arabie: prison pour deux dissidents saoudiens poursuivis pour des tweets

Deux Saoudiens ont été condamnés respectivement à dix et à huit ans de prison, sur la foi de tweets, pour liens avec Al-Qaïda et soutien à des activistes chiites, a rapporté tard lundi l'agence officielle saoudienne Spa.

Le premier, dont l'identité n'a pas été révélée, a écopé de dix ans de prison assortis d'une interdiction de voyager de dix ans, à l'issue de sa peine, et à une amende de 100.000 riyals (27.000 dollars).

Il a été reconnu coupable de suivre "la pensée déviante", ce qui désigne en Arabie saoudite, l'idéologie jihadiste d'Al-Qaïda.

Il a été également condamné pour avoir appelé sur Twitter à désobéir aux dirigeants saoudiens et insulté des dignitaires religieux.

Le deuxième prévenu, condamné à huit ans de prison, a été reconnu coupable d'avoir cherché sur Twitter à assister médicalement des manifestants chiites blessés de la localité de Awamiyah, foyer dans l'est de l'Arabie saoudite de la contestation de cette minorité religieuse, et d'avoir participé à des marches hostiles aux autorités.

Dimanche, un islamiste saoudien a été condamné à huit ans de prison pour avoir dénigré le roi, appelé à manifester et critiqué des arrestations d'extrémistes.

L'Arabie saoudite, royaume ultra-conservateur, est engagée dans une campagne contre les extrémistes proches d'Al-Qaïda et des protestataires chiites dans l'est du pays.

Les autorités saoudiennes viennent de lancer un ultimatum à ses ressortissants combattant à l'étranger à rentrer, faute de quoi ils seraient poursuivis par la justice.

Elles ont en même temps annoncé une série de mesures de nature à museler toute opposition interne.

Ainsi, "les appels, la participation, la promotion ou l'instigation aux sit-in, manifestations, rassemblements et communiqués communs" seront passibles de prison, avait annoncé le 7 mars le ministère saoudien de l'Intérieur.

aa/mh/faa

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.