NOUVELLES
10/03/2014 09:04 EDT | Actualisé 10/05/2014 05:12 EDT

Procès Pistorius: les détails de l'autopsie sont révélés au tribunal

PRETORIA, Afrique du Sud - Oscar Pistorius s'est mis à vomir, lundi, quand ont été dévoilés les détails de l'autopsie effectuée sur sa petite amie Reeva Steenkamp, qu'il a abattue de plusieurs balles en février 2013.

Le témoignage du professeur Gert Saayman, le médecin légiste qui a réalisé cette autopsie, n'a pas été retransmis en direct ou sur Twitter, en raison de son contenu troublant et d'un ordre de la juge Thokozile Masipa.

Les journalistes ont toutefois pu faire état de son témoignage, sans le citer directement.

L'athlète paralympique sud-africain a vomi quand les blessures subies par Mme Steenkamp ont été décrites. La juge Masipa a brièvement suspendu l'audience pour demander à l'avocat de Pistorius, Barry Roux, de s'occuper de son client. Elle a aussi demandé si Pistorius était en mesure de comprendre l'audience. Me Roux a répondu que la réaction de Pistorius ne changerait pas et une chaudière a été placée à ses pieds.

M. Saayman a témoigné debout pratiquement tout le temps. Il a fait référence à des photos qui n'ont pas été montrées au public, concernant une blessure par balle sur le côté droit de la tête de Mme Steenkamp, une au bras droit et une dans la région de la hanche droite. Il a aussi décrit les blessures causées par la sortie des projectiles, d'autres blessures et la décoloration de la peau, qui correspondraient toutes à l'impact d'une balle tirée à travers d'un objet de bois, comme une porte.

Le témoin a indiqué que chaque blessure, prise individuellement, aurait pu être mortelle. Le bras droit de Mme Steenkamp était brisé et elle souffrait de multiples fractures du crâne, en raison de l'impact des balles, a dit M. Saayman.

Il a ajouté que son analyse du contenu de l'estomac de la victime le porte à conclure qu'elle avait mangé tout au plus deux heures avant de mourir. Cela contredit la version de Pistorius, qui prétend que le couple avait mangé en soirée et qu'il était au lit à 22h. Mme Steenkamp a été abattue après 3h, le lendemain matin.

Pistorius est accusé du meurtre prémédité de sa petite amie, le matin du 13 février 2013. Il prétend depuis le début qu'il croyait avoir affaire à un intrus quand il a tiré plusieurs balles dans la porte de la salle de bain, atteignant Mme Steenkamp mortellement.

La juge qui préside au procès avait précédemment interdit la retransmission en direct ou sur Twitter du témoignage de M. Saayman, avec l'appui de Me Roux. Elle a ensuite annoncé un interdit sur la diffusion audio ou vidéo en direct, ainsi que sur le reportage en ligne en direct.

«Twitter est interdit. Les blogues sont interdits», a-t-elle prévenu.

Un gardien de sécurité qui affirme s'être entretenu avec Pistorius peu de temps après la fusillade a été contre-interrogé par la défense lundi, avant que l'audience ne soit suspendue.

Le gardien Pieter Baba avait raconté, vendredi, que Pistorius lui a tout d'abord dit, au téléphone, que tout allait bien. Pistorius l'aurait rappelé quelques minutes plus tard, sans dire un mot, et se serait mis à pleurer avant de mettre fin à l'appel.

Me Roux a toutefois déclaré, lundi, que des fiches téléphoniques démontreront que Pistorius a appelé M. Baba en premier, et non l'inverse. Le garde a maintenu sa version des faits.