NOUVELLES
10/03/2014 02:29 EDT | Actualisé 10/05/2014 05:12 EDT

Le pape populaire parce qu'il prêche un Evangile "facile" (vaticaniste)

Le pape est populaire parce qu'il prêche un "évangile facile" et cherche à "éviter le conflit" sur les sujets qui fâchent, a déploré lundi à l'AFP, un an après l'élection de François, le vaticaniste réputé de l'hebdomadaire L'Espresso, Sandro Magister.

Q: D'où vient la popularité du pape François?

R: "Elle peut être liée au fait que le pape prêche un évangile très acceptable, facile, miséricordieux. Ce n'est pas un homme de conflit. Il cherche à l'éviter mais tient à dire des choses au moment juste et opportun. Il calcule ses paroles, elles ne sont jamais improvisées."

Q: Quelle est la vision du pape François sur la société moderne. Est-il aussi critique que les prédécesseurs Jean Paul II et Benoît XVI?

R: Le pape a fait un grand pari: celui de combattre et vaincre ce qu'il considère comme étant le grand adversaire: la pensée unique qui cherche à être hégémonique dans notre monde. L'attaque la plus directe contre cet adversaire, il l'a faite à un moment très tranquille, dans une de ses homélies quotidiennes du matin à Sainte-Marthe. Dans une allusion transparente à l'euthanasie et l'avortement, il a parlé de cet adversaire qui n'hésite pas à faire autoriser par les lois les +sacrifices humains+. S'il avait prononcé les mêmes paroles après l'approbation de la loi sur l'euthanasie en Belgique pour les enfants, elles auraient eu un impact et créé du conflit. Mais il veut désarmer cet adversaire avec l'arme de sa popularité, avec l'arme de la prédication, de la miséricorde. C'est selon moi un pari très hasardeux".

Q: Quel est le rapport quotidien entre le pape François et le pape émérite Benoît XVI, retiré au Vatican?

R: Le lien entre eux est selon moi assez faible. Je ne pense pas que François consulte fréquemment Benoît XVI. Ni qu'il mette en pratique ses recommandations. Il y a un très grand respect entre eux. Mais ce n'est pas une proximité dangereuse qui pourrait exister si par exemple le prédécesseur cherchait à influencer ce que faisait son successeur.

Il va sans dire que ce pontificat ne s'inscrit évidemment pas dans la continuité du précédent".

jlv/fka/ih