NOUVELLES
10/03/2014 07:15 EDT | Actualisé 10/05/2014 05:12 EDT

Israël présente aux journalistes les roquettes saisies la semaine dernière

EILAT, Israel - Le premier ministre israélien affichait un air triomphant lundi en présentant aux journalistes les dizaines de roquettes saisies en mer Rouge la semaine dernière par un commando et qui auraient été destinées aux militants de la bande Gaza.

Du même souffle, Benjamin Nétanyahou a accusé la communauté internationale de fermer les yeux sur le soutien de l'Iran aux groupes d'extrémistes et d'être tombé sous le charme du nouveau leadership à Téhéran.

La visite du premier ministre au port de la mer Rouge mettait fin à un blitz de relations publiques de six jours pour convaincre les puissances occidentales de renforcer leur position dans les négociations sur le programme nucléaire de l'Iran.

La réponse a toutefois été faible jusqu'à présent, ce qui laisse croire qu'Israël devra mettre les bouchées doubles pour convaincre ses alliés de ne pas donner suite à la tentative de rapprochement de l'Iran.

Mais les propos durs tenus par M. Nétanyahou lundi à l'égard de Téhéran — qu'il a qualifié de «régime brutal» qui n'a pas abandonné son implication dans le terrorisme —, risquent de nuire encore davantage aux relations déjà tendues entre Israël, la Maison-Blanche et l'Union européenne.

À Washington, la porte-parole du département d'État américain Jen Psaki a souligné que les États-Unis se souciaient de l'approvisionnement en armes de l'Iran à des extrémistes mais que la priorité n'en demeurait pas moins la question nucléaire.

Par ailleurs, la pertinence stratégique des 40 roquettes interceptées par le commando israélien est incertaine. Les militants de Gaza en possède déjà des milliers du genre et disposent d'engins artisanaux pouvant atteindre des villes majeures telles Jérusalem et Tel-Aviv, à environ 80 kilomètres au nord de Gaza.

Les autorités israéliennes répliquent que les roquettes M302 de fabrication syrienne auraient été une avancée de taille pour les extrémistes palestiniens, leur portée pouvant atteindre 160 kilomètres, ce qui aurait mis en danger quelque 5 millions d'Israéliens.