NOUVELLES
10/03/2014 10:30 EDT | Actualisé 10/05/2014 05:12 EDT

Afghanistan: les talibans ordonnent à leurs combattants de "perturber" la présidentielle

Les talibans afghans ont formulé ouvertement pour la première fois lundi des menaces directes à l'encontre de la présidentielle prévue dans un mois, ordonnant à "tous" leurs combattants de "perturber" ce scrutin déterminant pour l'avenir du pays.

"Nous avons ordonné à tous nos moudjahidines (combattants, ndlr) d'utiliser toutes les forces à leur disposition pour perturber cette élection fantoche", déclarent les talibans dans un communiqué diffusé sur leur site internet.

Les rebelles préviennent également qu'ils viseront tous les "militants", "travailleurs" et autres personnels chargés d'organiser cette élection, dont le premier tour est prévu le 5 avril.

"Chaque Afghan a le devoir religieux de déjouer ce nouveau complot des envahisseurs", ajoutent les rebelles qui n'ont, à ce stade, lancé aucune attaque majeure contre la campagne électorale entamée il y a un mois.

"Chacun doit également réaliser qu'il est inutile de participer à une élection dont le résultat a déjà été décidé dans les bureaux de la CIA et du Pentagone", insistent les talibans, artisans d'une violente insurrection depuis leur éviction du pouvoir en 2001 par une coalition dirigée par les Américains.

Si le chef suprême des talibans, le mollah Omar, avait précédemment appelé au boycott, c'est la première fois que les rebelles islamistes adressent des menaces aussi claires et directes à l'encontre de la présidentielle.

Les attaques promises par les insurgés font rejaillir le spectre de la précédente présidentielle, en 2009, un scrutin qui avait conduit à la réélection de Hamid Karzaï dans des conditions chaotiques, avec des fraudes massives et une campagne de violences.

- Campagne au ralenti -

Dans leur communiqué, les talibans enjoignent la population afghane de "se tenir à l'écart des bureaux de vote et des meetings électoraux". "Ceux qui persistent à vouloir participer au scrutin n'auront à s'en prendre qu'à eux-mêmes" en cas d'attaque, avertissent les insurgés.

Ces menaces "font partie de leur propagande", a réagi le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Seddiq Seddiqi.

"Les talibans n'ont pas les moyens de perturber la sécurité de l'élection. Nous sommes prêts, nous sommes déterminés, et nous avons l'expérience des élections précédentes", a-t-il dit à l'AFP.

Les autorités afghanes répètent à l'envi qu'elles seront en mesure de protéger les quelque 6.800 bureaux de vote qui seront ouverts aux quatre coins du pays le 5 avril.

Dix candidats s'affronteront ce jour-là pour succéder au président Hamid Karzaï, seul homme à avoir dirigé le pays depuis la chute des talibans en 2001, et qui ne peut participer au scrutin, la Constitution lui interdisant de briguer un troisième mandat.

Parmi les favoris figurent Zalmai Rassoul, ancien ministre des Affaires étrangères proche du président Karzaï, Ashraf Ghani, un économiste de renom, et Abdullah Abdullah, arrivé en deuxième position en 2009.

La campagne électorale était au ralenti lundi, l'Afghanistan ayant entamé un deuil national de trois jours pour rendre hommage au premier vice-président, Mohammad Qasim Fahim, décédé dimanche à Kaboul des suites d'une maladie, à l'âge de 56 ans.

Cet ancien chef de guerre influent et controversé, accusé de violations des droits de l'homme et de trafic de drogue par l'organisation Human Rights Watch (HRW), avait traversé trois décennies de guerre et, outre la vice-présidence, occupé le poste de ministre de la Défense.

L'élection présidentielle fait figure de test pour la stabilité et l'avenir du pays, et plus largement pour 12 ans d'intervention occidentale et des milliards de dollars d'aide.

Elle survient alors que l'Afghanistan, en proie à des violences persistantes, traverse une période d'incertitude à l'approche du retrait, d'ici à la fin de l'année, des 53.000 soldats de la force internationale de l'Otan (Isaf).

eg-sak/gl/ih