NOUVELLES
09/03/2014 10:30 EDT | Actualisé 09/05/2014 05:12 EDT

Darfour: restrictions et manque d'équipement entravent la mission onusienne (Ban)

Les restrictions imposées par le gouvernement et le manque d'équipement de certains Casques bleus au Darfour entravent leur capacité à protéger civils et travailleurs humanitaires dans cette région de l'ouest du Soudan en proie aux violences, a estimé le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

Dans un rapport sur les activités de la Minuad (la mission conjointe de l'ONU et de l'Union africaine au Darfour), commandé en juillet et dont l'AFP a obtenu copie dimanche, M. Ban a appelé le Conseil de sécurité à ratifier plusieurs recommandations pour que "la Minuad puisse porter assistance de manière plus efficace aux nombreux civils touchés par la violence, l'insécurité et les privations au Darfour".

La Minuad, créé il y a six ans et forte de 19.000 soldats et policiers, est l'une des plus importantes missions de maintien de la paix dans le monde.

Elle a pourtant été mise à mal par la récente recrudescence des violences au Darfour où près de 40.000 civils ont fui dernièrement incendies et pillages perpétrés par des milices dans cette région, qui compte déjà près de 2 millions de déplacés, après 11 ans de conflit entre les rebelles et le gouvernement de Khartoum, mais aussi en raison de combats sanglants entre milices arabes se disputant la terre, l'eau et les droits miniers.

Selon des experts, le gouvernement soudanais ne parvient plus aujourd'hui à maîtriser ces tribus qu'il avait lui-même armées pour lutter contre la rébellion.

Si la Minuad est en mesure d'avoir "un certain impact" concernant la protection des civils, M. Ban regrette dans le rapport que le travail de la mission soit "sérieusement contraints par les restrictions d'accès et de mobilité et le manque de matériels de plusieurs troupes et contingents de police".

La Minuad a fait l'objet d'attaques récurrentes ayant subi en 2013 "19 attaques qui ont fait 16 morts, 27 blessés et des pertes importantes de matériel, d'armes et de munitions" indique le rapport.

Quelque 380.000 personnes ont été déplacées par les violences en 2013, un record depuis 2004, selon l'ONU.

it/faa/hj