NOUVELLES
08/03/2014 10:12 EST | Actualisé 08/05/2014 05:12 EDT

Le syndicat Solidarité manifeste à Varsovie contre l'intervention russe en Ukraine

Plus de deux mille syndicalistes de Solidarité ont manifesté pacifiquement samedi devant l'ambassade de Russie à Varsovie pour protester contre l'intervention russe en Ukraine en signe de solidarité avec une "Ukraine démocratique et indépendante", a constaté l'AFP sur place.

"Aujourd'hui nous ne pouvons pas rester muets face à la situation en Ukraine", a lancé le chef du syndicat Piotr Duda devant les syndicalistes rassemblés devant l'ambassade et brandissant des drapeaux polonais et ukrainiens.

"Si aujourd'hui le monde démocratique ne s'oppose pas à la Russie, nous aurons une même situation qu'à Munich en 1938. Le monde n'avait alors pas arrêté Hitler qui utilisait les mêmes méthodes que Poutine aujourd'hui", a-t-il ajouté.

Les manifestants ont brandi des pancartes comparant le chef de l'Etat russe Vladimir Poutine à Hitler ou Staline et des banderoles de "Solidarnosc" aux couleurs nationales de l'Ukraine bleu et jaune.

Plusieurs dizaines d'Ukrainiens vivant en Pologne, des Bélarusses et des Syriens se sont joints à la manifestation.

Duda a annoncé qu'il allait proposer lundi de suspendre les organisations syndicales russes lors d'une rencontre de centrales syndicales européennes à Bruxelles si elles ne condamnaient pas l'action de Poutine.

"Solidarité c'est avant tout une organisation syndicale, mais c'est aussi la solidarité entre les hommes, la solidarité entre les nations. C'est pour cela que nous sommes ici, pour une Ukraine démocratique et indépendante", a ajouté Duda.

Sur les banderoles on pouvait lire: "La Tchécoslovaquie 1938. L'Ukraine 2014", (un lien entre l'intervention des forces russes en Crimée et l'annexion de la Tchécoslovaquie par Hitler en 1938), "Poutine hands off Ukraine" (Poutine, bas les pattes de l'Ukraine) ou "Poutine, it's time for your medication" (Poutine, il est temps de te faire soigner).

"La situation en Ukraine prend un tournant qui rappelle les souvenirs les plus noirs de notre histoire récente", a écrit le syndicat dans un tract. "Comme dans le passé Staline et Hitler, aujourd'hui avec Poutine, sous prétexte de vouloir protéger ses citoyens qui seraient soi-disant en danger, la Russie commet une agression contre un pays souverain".

Aucun débordement n'a eu lieu. L'ambassade était protégée par un important dispositif de la police.

mc/ea/mr