NOUVELLES
08/03/2014 05:46 EST | Actualisé 08/05/2014 05:12 EDT

Disparition d'un Boeing: l'armée vietnamienne repère deux nappes de pétrole

KUALA LUMPUR, Malaisie - Les forces aériennes du Vietnam ont repéré deux grandes nappes de pétrole près du lieu où un Boeing 777 de Malaysia Airlines transportant 239 personnes a disparu tôt samedi matin, signe que l'appareil a probablement connu un sort funeste.

Les avions de l'armée vietnamienne prenaient part à une opération de sauvetage internationale lancée à la suite de la disparition du vol MH370 moins d'une heure après qu'il eut quitté la capitale de la Malaisie, Kuala Lumpur, en direction de Pékin, en Chine.

Les nappes de pétrole ont été découvertes dans la journée de samedi au sud du Vietnam et font entre 10 et 15 kilomètres de long, a indiqué le gouvernement vietnamien dans un communiqué.

Les autorités n'ont pas confirmé que ces nappes étaient reliées à l'avion disparu, mais le communiqué a précisé que c'est le genre de traces que laisseraient les deux réservoirs d'un Boeing 777 après s'être écrasé.

L'appareil avait 227 passagers à son bord, dont deux enfants, et 12 membres d'équipage, a révélé Malaysia Airlines. Parmi les voyageurs, 152 provenaient de la Chine, 38 de la Malaisie, sept de l'Indonésie, six de l'Australie, cinq de l'Inde, trois des États-Unis et deux du Canada.

Le manifeste de vol identifie les Canadiens comme étant Xiaomo Bai, 37 ans, et Muktesh Mukherjee, 42 ans.

Les deux Canadiens étaient mariés et habitaient Pékin avec leurs deux enfants. M. Mukherjee y travaillait pour Xcoal Energy & Resources, une entreprise établie en Pennsylvanie, a confirmé le PDG Ernie Thrasher dans un courriel envoyé à La Presse Canadienne.

Une porte-parole du ministère des Affaires étrangères a affirmé collaborer avec les autorités locales pour colliger davantage d'informations sur la situation. Elle a ajouté que les autorités s'affairaient à tenter de joindre les proches des victimes.

Le premier ministre Stephen Harper a transmis ses condoléances aux familles éprouvées sur Twitter. «Nos pensées et nos prières sont avec les personnes touchées par la disparition de l'avion en Malaisie», a-t-il écrit.

Le chef de la direction de Malaysia Airlines, Ahmad Jauhari Yahya, a déclaré que rien n'indiquait que les pilotes avaient envoyé un signal de détresse, ce qui laissait croire que l'accident avait été rapide et foudroyant.

Interrogé sur la possibilité d'un attentat terroriste, le premier ministre malaisien, Najib Razak, a affirmé que les autorités évaluaient toutes les hypothèses, mais qu'il était encore trop tôt pour tirer des conclusions.

Passeports volés

L'Italie et l'Autriche ont révélé que les noms de deux de leurs ressortissants figurant sur la liste des passagers correspondaient à des passeports volés en Thaïlande.

Le ministère italien des Affaires étrangères a raconté qu'un Italien cité dans le manifeste de vol, Luigi Maraldi, se trouve en Thaïlande et n'est pas monté à bord du Boeing 777. L'homme a signalé le vol de son passeport il y a un an et demi avant de poursuivre son voyage en Thaïlande.

Son père, qui habite la région d'Émilie-Romagne, dans le nord de l'Italie, a expliqué à l'Associated Press que les autorités ne lui avaient pas précisé si le passeport volé — ou une copie contrefaite —, avait été utilisé par un passager du vol MH370.

Après avoir entendu parler de la disparition d'un Italien portant son nom, Luigi Maraldi a appelé ses parents depuis la Thaïlande, où il se trouve toujours, pour leur dire qu'il se portait bien, a raconté son père, Walter Maraldi.

Du côté de l'Autriche, le ministère des Affaires étrangères a confirmé que l'un des noms de la liste concordait avec un passeport autrichien dérobé il y a deux ans en Thaïlande. Le propriétaire légitime du document, dont l'identité n'a pas été révélée, ne se trouvait pas dans l'avion de Malaysia Airlines mais bien en Autriche.

«Nous ne détenons aucune information concernant l'identité de la personne qui a volé le passeport», a déclaré un porte-parole du ministère, Martin Weiss.