NOUVELLES
07/03/2014 06:44 EST | Actualisé 07/05/2014 05:12 EDT

WRC/Rallye du Mexique - 1re journée : Ogier devant Ostberg et Latvala

Devancé vendredi matin par Mads Ostberg (Citroën DS3), Sébastien Ogier (VW Polo-R) a repris la tête du Rallye du Mexique, 3e manche du Championnat du monde WRC, et menait vendredi soir après 11 épreuves spéciales et 150 km chronométrés.

Sous le soleil ardent de Leon (23 degrés dès 9h du matin), Ogier a remporté trois des quatre premières spéciales disputées vendredi après-midi, sa Polo-R fusant sur des tracés rendus moins poussiéreux par le passage des concurrents sur ces mêmes parcours dans la matinée.

"Il fait chaud dans la voiture mais je suis content de mon temps", commentait Ogier sur les ondes de WRC Radio, au terme de l'ES7 (El Chocolate 2), la plus longue spéciale de la journée (44 km), qui lui avait fait perdre la tête de l'épreuve lors du premier passage, vendredi matin, et dans laquelle il a repris le pouvoir, l'après-midi.

"J'ai mal pris plusieurs virages", expliquait pour sa part Ostberg, qui terminait cette spéciale à une inattendue quatrième place, près de quinze secondes derrière le champion du monde en titre.

Histoire de boucler cette première journée, deux super-spéciales, très courtes, ont assuré le spectacle, sans rien changer au podium provisoire.

- Ostberg résiste -

Après 11 spéciales, Ostberg, qui avait été le seul à réellement inquiéter Ogier en 2013 avant de devoir abandonner le samedi (problème électrique), pointait à 26 secondes du leader français.

Dauphin des deux Sébastien, Loeb puis Ogier, de 2011 à 2013, Mikko Hirvonen (Ford Fiesta RS) a été contraint de jeter l'éponge lors de l'ES8 (Las Minas 2), victime d'un problème électrique. A défaut de pouvoir rivaliser avec Ogier et Ostberg, le Finlandais faisait alors un solide troisième du classement provisoire.

Hirvonen n'a pas été la seule victime de l'ES8, puisque le Britannique Kris Meeke (Citroën DS3), qui pointait alors au quatrième rang, a endommagé sa suspension et arrêté les frais.

Vendredi matin, c'est Volkswagen qui avait perdu un pilote, pour les mêmes raisons, Andreas Mikkelsen ayant été victime d'une rupture de suspension à la suite d'un écart de conduite dans El Chocolate.

Leader du championnat du monde, Jari-Matti Latvala (VW Polo-R) a profité de ces aléas de course pour grimper à la troisième place du classement, à 40 secondes de son coéquipier français.

"Gagner cela devient presque irréaliste, même si beaucoup de choses peuvent encore arriver", a convenu le Finlandais, incapable d'approcher les chronos d'Ogier qui ambitionne de lui reprendre la tête du championnat.

Latvala est toutefois parvenu à arracher la courte ES9 (2,6 km) disputée sur asphalte, en fin de boucle, avant les deux passages dans la super-spéciale de Leon.

- Kubica à la faute -

Dans sa Ford Fiesta RS, Robert Kubica était 4e, au pied du podium, avant les deux dernières super-spéciales. Mais il est parti à la faute dans l'ES10, a tapé un mur, mis sa voiture sur le toit, puis n'a pas été autorisé, une fois la Fiesta remise sur ses roues, à prendre le départ de l'ES11, sur le même parcours. Il repartira probablement samedi matin avec quelques minutes de pénalité.

Enfin, Thierry Neuville (Hyundai), monté pour la première fois sur un podium WRC lors de l'édition 2013 du Rallye du Mexique, avait annoncé que son ambition se limiterait à terminer l'épreuve "pour donner un maximum d'information à l'équipe et continuer notre processus de développement".

Le Belge a tenu parole et pointait vendredi soir dans le Top 10, mais à plus de cinq minutes d'Ogier après l'ES10, dans laquelle il était opposé à Kubica, et l'ES11, qu'il a disputée tout seul.

Alors que 150 des 400 kilomètres de spéciales avaient déjà été parcourus, Ogier préférait inviter à la prudence: "Ce rallye est long, on ne peut jamais être sûr de rien, il suffit de percuter une pierre et tout peut être remis en cause".

str/dlo/mpd