NOUVELLES
07/03/2014 04:28 EST | Actualisé 06/05/2014 05:12 EDT

Voyage du pape: une grève de diplomates israéliens "complique les préparatifs"

Une grève de diplomates israéliens "est susceptible d'entraîner des complications dans la préparation" du voyage du pape François en Terre Sainte du 24 au 26 mai, a indiqué vendredi le Vatican, sans aucunement confirmer des informations israéliennes sur son annulation.

Selon le quotidien The Times of Israël, le pape a été forcé d'annuler sa visite prévue en Israël, en raison d'un conflit du travail persistant au ministère des Affaires étrangères, qui ne permet pas que "les dispositions nécessaires soient prises" en vue du voyage.

Interrogé par l'AFP, le porte-parole du Saint-Siège, le père Federico Lombardi, a répondu: "une grève en cours constitue un problème et est susceptible d'entraîner des complications dans les préparatifs du voyage".

Mais, a-t-il ajouté, "il n'y a rien de plus" du côté du Vatican, et le Saint-Siège n'a jamais parlé en aucune manière d'une annulation de ce voyage très important.

Le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères a confirmé qu'en raison de la grève, qui a débuté mardi, "les visites de dirigeants étrangers prévues - imminentes comme celle du Premier ministre britannique David Cameron la semaine prochaine, ou en préparation comme celle du pape en mai - seraient compliquées, voire impossible".

"Les dirigeants pourront venir en touristes mais les diplomates ne s'occuperont plus ni de la logistique, ni du protocole, ni du contenu politique et diplomatique des visites", a précisé le porte-parole, Yigal Palmor, à l'AFP.

De son côté, le nonce apostolique en Israël, Mgr Giuseppe Lazzarotto, cité par le site de la revue de la Custodie franciscaine de Terre sainte, terresainte.net, a déclaré n'avoir "aucune information" quant à une annulation de la visite papale.

Mgr Lazzaroto, qui est aussi délégué apostolique à Jérusalem et en Palestine, a toutefois reconnu que la grève des diplomates israéliens "compliquerait les choses" alors que les préparatifs du pèlerinage de Francis battent leur plein.

Le prélat a exprimé le souhait auprès du ministère israélien des Affaires étrangères "que les préparatifs se poursuivent".

Selon l'agence de presse vaticaniste I.Media, citant des sources proches de l'organisation du voyage en Terre sainte, "il n'y a aucun problème et aucune inquiétude du côté du Vatican".

"C'est leur problème (aux Israéliens)", a souligné un responsable du Saint-Siège, contacté par I-Media, en rappelant que la visite est encore loin.

Dans son premier déplacement en Terre Sainte, François prévoit de se rendre à Amman, Bethléem et Jérusalem du 24 au 26 mai, dans ce qu'il a défini comme "un pèlerinage" sur les lieux du christianisme. Tout voyage en Terre Sainte est toujours extrêmement délicat et nécessite des préparatifs très élaborés tant au niveau de l'équilibre du programme que de la sécurité.

Une annulation du voyage aurait aussi des conséquences sur le tourisme et les pèlerinages, de nombreux fidèles ayant déjà réservé des séjours en prévision de la visite du Saint-Père.

jlv-dms-agr/jh