NOUVELLES
07/03/2014 11:30 EST | Actualisé 07/05/2014 05:12 EDT

Une ex-présidente de l'Ordre des infirmières pour le PQ dans Blainville

La chef du Parti québécois, Pauline Marois, bonifie « son équipe santé » avec la candidature de l'ancienne présidente-directrice générale de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec Gyslaine Desrosiers. Celle qui a défendu les infirmières durant 20 ans tentera de regagner la circonscription de Blainville, arrachée au PQ par la Coalition avenir Québec en 2012.

Pauline Marois, qui a déjà collaboré avec Mme Desrosiers alors qu'elle était ministre de la Santé et des Services sociaux, dit vouloir se servir de « son expertise précieuse pour améliorer le réseau de la santé ».

Mme Desrosiers s'est notamment battue pour augmenter le nombre d'actes qui peuvent être posés par les infirmières. La chef péquiste estime qu'il s'agit d'une des « pistes de solution porteuses » pour désengorger le système de santé.

Gyslaine Desrosiers est également « une gestionnaire chevronnée », a noté Mme Marois, soulignant qu'elle a, comme elle, une formation en administration des affaires de HEC Montréal.

Sur la question de l'interdiction du port des signes religieux dans la fonction publique, Mme Desrosiers a dit croire que le personnel infirmier saura s'adapter, puisque le code vestimentaire est déjà très strict.

Comme sa chef, elle est d'avis que les médecins devront faire leur part en étalant les hausses de rémunération négociées par l'ancien gouvernement libéral, pour le bien-être du système de santé. « On ne peut pas se retrouver avec des médecins très bien rémunérés et plus d'hôpitaux », dit-elle. À son avis, les médecins ont à coeur le système de santé et « seront en mesure d'être raisonnables ».