NOUVELLES
07/03/2014 09:11 EST | Actualisé 07/05/2014 05:12 EDT

Médecins sans Frontières s'inquiète de la violence en République centrafricaine

BANGUI, République centrafricaine - L'escalade de la violence en République centrafricaine, et notamment dans le nord du pays, entrave le déploiement de l'aide humanitaire destinée à des populations qui souffrent déjà d'un manque criant d'assistance, a prévenu vendredi Médecins sans Frontières (MSF).

La présence de groupes armés en déroute et l'accroissement du chaos dans le pays, y compris dans la capitale, Bangui, ont conduit à une escalade de l'insécurité qui expose les populations et les organisations humanitaires internationales à la violence, ajoute l'organisation humanitaire.

Les équipes MSF travaillant dans les villes de Boguila, Kabo, Ndélé et dans le camp de M'Poko, situé à l'intérieur de l'aéroport international de Bangui, auraient ainsi été victimes de nombreuses intrusions armées et de vols.

MSF a affirmé par voie de communiqué, vendredi, que ses équipes ont dû faire face à quatre incidents graves qui, à Kabo, l'ont contraint à réduire ses activités médicales.

Plus de 100 000 consultations ont été menées à l'hôpital et dans les postes de santé périphériques en 2013, selon MSF, principalement pour des cas de paludisme.

La plupart des habitants de la République centrafricaine souffrent d'un manque important d'accès aux soins. De nombreuses structures de santé sont à peine opérationnelles et l'escalade de la violence a accru le niveau déjà élevé des besoins médicaux. Près de 20 pour cent de la population est aujourd'hui déplacée par la violence et l'aide humanitaire apportée reste encore largement insuffisante.