Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

L'Otan s'entraîne à défendre un pays froid envahi par surprise

Seize mille soldats de 16 nations s'apprêtent à prendre part à de grandes manoeuvres de l'Otan dans le nord de la Norvège, a annoncé vendredi l'armée norvégienne, un exercice sans lien avec la crise en Ukraine.

Les manoeuvres multinationales Cold Response, dont ce sera la septième édition depuis 2006, visent à entraîner les troupes de l'Alliance atlantique au combat en milieu froid, sous le regard d'observateurs étrangers, y compris russes.

Prévues de longue date, elles ne sont aucunement liées à la crise actuelle en Ukraine qui a débouché sur les plus vives tensions entre la Russie et l'Occident depuis la fin de la Guerre froide.

"Nous travaillons sur le scénario depuis deux ans", a déclaré à l'AFP le lieutenant-colonel Terje Bruoeygard, porte-parole de Cold Response.

Selon l'officier norvégien, l'exercice air-mer-terre verra l'invasion d'un territoire par un pays fictif dans le Nord "qui n'a rien y à faire" et l'intervention, à la demande du territoire envahi, des alliés du Sud.

Même si son concept en "free play" ("jeu libre") permet a priori toutes les issues, le scénario est largement joué d'avance.

"Ce serait extrêmement étonnant que l'agresseur du Nord finisse par l'emporter", a souligné le porte-parole.

L'exercice réunit 9.000 soldats norvégiens et 7.000 autres en provenance de pays de l'Otan (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Allemagne, Canada...) mais aussi de Suède et Suisse, deux pays non-alignés.

Si l'exercice débute officiellement ce vendredi, le gros des manoeuvres se déroulera entre les 12 et 19 mars.

phy/hh/sym

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.