NOUVELLES
07/03/2014 12:45 EST | Actualisé 06/05/2014 05:12 EDT

La Serbie, premier pays d'origine des demandeurs d'asile en Allemagne

L'Allemagne connaît un afflux sans précédent de demandeurs d'asile en provenance de Serbie, le plus souvent des Roms, très pauvres, qui bénéficient durant leur séjour de prestations plus généreuses que dans leur pays d'origine.

Avec 18.001 demandes, la Serbie a été le premier pays d'origine des demandeurs d'asile en Allemagne l'an dernier, en augmentation de plus de 40% par rapport à 2012.

La Macédoine et la Bosnie-Herzégovine arrivent également dans les six principaux pays d'origine.

Cette hausse a débuté après la levée de l'obligation de visa pour les Serbes, les Macédoniens et les Monténégrins se rendant dans les pays de l'espace Schengen fin 2009.

En 2009, ils n'étaient ainsi que 581 à réclamer l'asile à l'Allemagne. En 2010, leur nombre a subitement grimpé à 4.978.

La plupart de ces ressortissants sont des Roms qui vivent en marge de la société, subissant des discriminations dans leur pays.

Les autorités allemandes se sont particulièrement alarmées de cette hausse. L'ancien ministre de l'Intérieur, Hans-Peter Friedrich, avait évoqué il y a deux ans un "abus du droit d'asile" et indiqué que cet afflux mettait "en péril nos systèmes nationaux d'asile".

Le président serbe, Ivica Dacic, a mis en cause les prestations sociales reçues par les demandeurs d'asile lorsqu'ils arrivent en Allemagne. "Ils ne viennent pas pour obtenir l'asile mais pour prendre l'argent car les prestations sont élevées", avait-il assuré.

De fait un adulte demandeur d'asile perçoit 134 euros par mois et un enfant 80 euros, un montant souvent plus important que l'argent avec lequel ces réfugiés vivent dans leur pays.

"Certaines familles engrangent vite une somme coquette qui dépasse largement les possibilités de revenus dans le pays d'origine", a dénoncé le ministre régional de l'Intérieur de Bavière, Joachim Herrmann.

"Les gens savent tout à fait qu'ils n'obtiendront pas l'asile en Allemagne", a expliqué une responsable du Centre régional des minorités, à Belgrade, dans le journal Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ). Mais avec l'arrivée de l'hiver, "ils ont peur du froid et veulent passer l'hiver avec du chauffage", selon elle.

L'Allemagne n'accorde pas l'asile politique aux Serbes. L'an dernier toutes les demandes ont été rejetées.

yap/aro/mf