NOUVELLES
07/03/2014 12:15 EST | Actualisé 07/05/2014 05:12 EDT

La Bourse de Toronto a clôturé avec un léger gain grâce à l'emploi

TORONTO - La Bourse de Toronto a clôturé en affichant un léger gain, vendredi, à la suite de la publication de données sur la création d'emplois aux États-Unis bien supérieures aux attentes.

L'indice composé S&P/TSX du parquet torontois a terminé la journée en hausse de 27,16 points, à 14 299,08 points, largement en deçà de ses meilleurs niveaux de la séance, les préoccupations entourant la croissance en Chine ayant fait chuter les cours du cuivre et des métaux de base.

Le dollar canadien a trébuché de 0,81 cent US, à 90,17 cents US, après que Statistique Canada eut fait état d'une perte de 7000 emplois au pays en février, performance à l'opposé du gain de 15 000 emplois auquel s'attendaient les économistes.

À New York, les marchés ont dans l'ensemble clôturé en hausse, l'économie américaine ayant créé le mois dernier 175 000 emplois, un résultat de loin supérieur aux attentes de 139 000 postes.

La moyenne Dow Jones des 30 valeurs industrielles a gagné 30,83 points, à 16 452,72 points, tandis que l'indice de référence S&P 500 avançait de 1,01 point, à 1878,04 points, et que l'indice composé du Nasdaq reculait de 15,91 points, à 4336,22 points.

«C'est une bonne chose que les chiffres sur l'emploi aient été meilleurs que prévu car les gens se demandaient si l'économie ralentissait ou si c'était l'impact de la météo», a affirmé Sadiq Adatia, responsable des investissements chez Placements mondiaux Sun Life.

«Et je crois que c'est révélateur que l'économie américaine continue d'aller de l'avant», a-t-il ajouté.

Certains investisseurs ont préféré jouer la carte de la prudence à l'approche de la fin de semaine et en raison de la crise qui persiste entre la Russie et l'Ukraine.

La semaine avait débuté avec une vente de liquidation sur les marchés, à la suite de l'entrée de troupes russes en Crimée, une région de l'Ukraine, le week-end dernier.

Les marchés ont rapidement repris du poil de la bête avant de redevenir nerveux, vendredi, en raison de l'avertissement lancé par le dirigeant de l'entreprise de gaz et société d'État russe Gazprom.

Alexeï Miller a affirmé que si l'Ukraine ne remboursait pas sa dette de 1,89 milliard $ US relative au gaz naturel, «il y a un risque de revenir à la situation du début de 2009». À l'époque, la Russie avait cessé d'approvisionner l'Europe en raison d'un différend au sujet des prix avec l'Ukraine.

Le cours du baril de pétrole brut léger pour livraison en avril s'est établi vendredi à 102,58 $ US, en hausse de 1,02 $ US, à la Bourse des matières premières de New York.

Le cours de l'once d'or pour livraison en avril s'est établi à 1338,20 $ US, en baisse de 13,60 $ US, sur le marché des métaux à New York.