NOUVELLES
07/03/2014 05:12 EST | Actualisé 07/05/2014 05:12 EDT

Israël: la grève des diplomates entrave les visites de dirigeants étrangers

Une grève des employés du ministère des Affaires étrangères, relancée cette semaine pour protester contre leurs conditions de travail, entrave le protocole et l'organisation des visites de dirigeants étrangers en Israël, a-t-on appris vendredi de sources diplomatiques israéliennes.

"La grève, lancée mardi, affecte tous les services - logistique, protocolaire, politique - dispensés aux responsables étrangers en visite en Israël et complique les voyages à l'étranger des responsables israéliens", a confirmé à l'AFP Yigal Palmor, porte-parole des Affaires étrangères, qui s'exprimait en tant que "travailleur" du ministère.

Mercredi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, en visite aux Etats-Unis, n'a ainsi été accueilli sur le tarmac de l'aéroport de Los Angeles, en provenance de Washington, que par des gardes de sécurité, en l'absence de toute réception de diplomates israéliens habituellement prévue par le protocole.

Ce mouvement de grève, qui concerne les diplomates mais aussi les employés administratifs du ministère, avait été lancé au printemps dernier. Il avait ensuite été suspendu en juillet avec l'ouverture de négociations avec le ministère des Finances.

Les diplomates israéliens se plaignent depuis plusieurs années d'être mal payés et d'un manque de considération à leur égard.

"Nous avons relancé la grève car le ministère des Finances ne nous a pas pris au sérieux et a traîné les pieds", a indiqué M. Palmor.

"Les revendications portent sur les conditions de travail à l'étranger, notamment les situations des conjoints, et d'une façon générale, sur les conditions salariales et sociales des diplomates, dans le domaine des salaires, des retraites et des impôts", a-t-il précisé.

"Même si ce n'est pas la cause de la relance de la grève, il y a aussi un malaise au ministère, lié à la dilution de ses prérogatives", a-t-il ajouté.

Il faisait allusion, entre autres, à la création par le Premier ministre Benjamin Netanyahu du ministère des Relations internationales, des Affaires stratégiques et des Renseignements, confié à un de ses proches, Youval Steinitz, et aux multiples émissaires spéciaux du Premier ministre chargés régulièrement de missions diplomatiques dans le monde.

La grève menace notamment l'organisation de la visite du Premier ministre britannique David Cameron la semaine prochaine et même celle du pape François en mai, a poursuivi M. Palmor.

Elle affecte aussi les services consulaires israéliens à l'étranger qui sont suspendus à l'exception des urgences.

dms/cbo