Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Irak: un responsable de l'aéroport arrêté pour avoir interdit l'atterrisage d'un avion

Le directeur adjoint de l'aéroport de Bagdad a été arrêté après qu'un avion en provenance de Beyrouth a été forcé de faire demi-tour pour venir rechercher le fils d'un ministre irakien qui avait raté son vol, a annoncé un porte-parole vendredi.

Le directeur adjoint de l'aéroport de Bagdad, Samer Koubba, "a été arrêté par les forces du bureau du commandant en chef de l'armée (le Premier-ministre Nouri al-Maliki, ndlr) parce que ce qu'il a fait n'est pas correct et nuisible au prestige de l'Etat irakien", a indiqué Ali Moussawi, le porte-parole de M. Maliki.

M. Koubba a été arrêté jeudi, a précisé le porte-parole, qui n'a donné aucune précision sur le rôle du directeur adjoint dans l'incident.

Un avion de la compagnie libanaise Middle East Airlines (MEA) avait été forcé de faire demi-tour jeudi pour venir rechercher le fils du ministre irakien des Transports, qui avait raté son vol, selon un communiqué la compagnie.

MEA a été informé qu'un de ses avions, qui avait déjà décollé, "serait empêché d'atterrir si un passager n'était pas à bord", ajoute le texte.

Près de 20 minutes après son décollage, l'appareil a donc été contraint de faire demi-tour pour récupérer Mahdi al-Ameri, le fils du ministre des Transports, qui avait manqué son vol en dépit d'appel répétés à se présenter à la porte d'embarquement.

"Les passagers n'ont pas répondu aux appels et l'avion a décollé avec plusieurs minutes de retard", précisait le communiqué de la compagnie, publié par l'Agence nationale d'information (ANI) libanaise.

M. Maliki a exigé que "toutes les personnes responsables" du demi-tour de l'avion soient "licenciées", avait annoncé M. Moussawi.

Plus tôt, le porte-parole du ministère des Transports avait affirmé qu'il était "totalement inexact" que l'avion ait fait demi-tour à cause du fils du ministre.

Il a ajouté que MEA avait été informée avant le décollage que l'avion ne serait pas autorisé à atterrir pour des raisons de maintenance à l'aéroport de Bagdad, affirmant que c'est pour cela qu'il avait dû faire demi-tour.

sf/wd/psr/faa/cbo

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.