NOUVELLES
07/03/2014 06:54 EST | Actualisé 07/05/2014 05:12 EDT

Des policiers sud-africains filmés en train de passer un homme à tabac

Une vidéo montrant des policiers du Cap en train de dénuder et de passer à tabac un homme faisait scandale vendredi en Afrique du Sud, où la violence des forces de l'ordre est un sujet récurrent d'inquiétude et de polémique.

Les images postées sur YouTube par un témoin montrent deux policiers en uniforme aidés de deux vigiles de sécurité privée. Un vigile dénude totalement l'homme et l'un des policiers lui donne trois coups de poing puis un violent coup de pied dans les parties génitales, tandis qu'un autre le maintient par le cou.

Le porte-parole de la police provinciale Tembinkosi Kinana a dit qu'il avait été "horrifié" en voyant la vidéo et qu'une enquête interne avait été ouverte, les deux agents incriminés devant être suspendus dès vendredi soir.

"Nous (...) condamnons dans les termes les plus forts le comportement dont nous sommes les témoins dans cette vidéo", a-t-il réagi dans un communiqué.

Ni la date, ni les circonstances de l'incident ne sont connues. L'Alliance démocratique (DA), dans l'opposition nationale mais au pouvoir au Cap, affirme que ces images ont été tournées jeudi.

Parlant d'une "agression haineuse", la députée Dianne Kohler Barnard, responsable des affaires de police à la DA, ajoute dans un communiqué: "Ce qui est encore plus dérangeant, c'est qu'on voit que de façon répétée les policiers malmènent, bousculent, étranglent et frappent (l'homme) à coup de poing et de pied."

La Commission nationale des droits de l'Homme a récemment exprimé ses inquiétudes sur les pratiques violentes de la police nationale.

Une dizaine de personnes ont trouvé la mort depuis le début de l'année 2014 dans des manifestations réprimées par la police, par balles ou par usage de gaz lacrymogènes. Les policiers avaient auparavant tué 36 manifestants entre 2004 et 2013, selon des chercheurs de l'Université de Johannesburg.

Et la police sud-africaine ne se montre pas violente que pendant les manifestations. Il y a exactement un an, une autre vidéo avait traumatisé le pays: on y voyait des policier menotter et traîner derrière leur véhicule un chauffeur de taxi collectif mozambicain qui avait eu le tort de se garer en infraction. Mido Macia, le chauffeur, était mort au commissariat des suites de ses blessures.

"Les gens qui vivent en Afrique du Sud sont las de vivre dans la peur à la fois des criminels et d'une poignée de policiers voyous", a déclaré vendredi la députée Kohler Barnard dans son communiqué.

sn/cpb-liu*/mba