NOUVELLES
07/03/2014 07:08 EST | Actualisé 07/05/2014 05:12 EDT

Angleterre - Le propriétaire de Birmingham City en prison, triades en coulisses

L'ombre des triades, les mafias d'Asie, a plané sur le tribunal de Hong Kong qui a condamné vendredi l'homme d'affaires Carson Yeung, propriétaire du club de football de Birmingham City (2e division anglaise), à six ans de prison ferme pour blanchiment d'argent.

"Ce jugement doit contribuer à dissuader ceux qui ont les moyens d'exploiter le système, a commenté le juge Douglas Yau dans une salle d'audience bondée de journalistes. La loi s'abattra sur eux dans toute sa force".

"Le maintien de l'intégrité du système bancaire est d'une importance primordiale si Hong Kong veut demeurer un centre financier international", a-t-il souligné.

"Mr Yeung", 54 ans, ancien coiffeur de stars devenu homme d'affaires, avait été déclaré coupable lundi, au bout d'une enquête ouverte en 2008, et était passible de 7 ans de prison.

Il est sorti du tribunal le visage masqué et s'est recroquevillé, dissimulé derrière un siège, dans le fourgon de police qui l'emmenait.

Il a toujours démenti les accusations de blanchiment portant sur 720 millions de dollars de Hong Kong (522 millions d'euros) entre 2001 et 2007, et avait multiplié les procédures pour empêcher la tenue de son procès. Il a la possibilité de faire appel.

Son rôle à Birmingham n'a rien à voir dans l'accusation, même s'il a démissionné le mois dernier de tous ses mandats exécutifs au sein du club, tout en en restant l'actionnaire majoritaire.

Carson Yeung a été arrêté et inculpé de malversations à Hong Kong en juin 2011, deux ans après avoir pris le contrôle des "Blues" en acquérant un peu moins de 30% du capital du club pour 81 millions de livres (98 millions d'euros).

L'origine de son immense richesse était au centre des débats lors du procès, et ses relations d'affaires avec un patron présumé d'une triade (une mafia) de Hong Kong, Cheung Chi-tai, ont été évoquées. Il a affirmé avoir fait fortune en jouant en Bourse et au casino, et dans des investissements en Chine populaire.

- Habileté et connexions -

Il a investi en effet dans une société de jeux lancée par Cheung Chi-tai et un autre milliardaire de Hong Kong, selon l'accusation.

"Sans son habileté considérable dans l'actionnariat et ses connexions avec les casinos de Macao, le blanchiment n'aurait pu continuer si longtemps et à si grande échelle", a commenté le juge vendredi.

Le tribunal a conscience de ne pas connaître toute l'étendue de l'entreprise de blanchiment, a-t-il poursuivi: "Même maintenant, je pense que l'accusé est la seule personne à le savoir".

Les avocats de Yeung avaient demandé l'indulgence, en relativisant le montant, de l'ordre de 450 millions de dollars HK et non 720 selon eux. Leur client "est passé des guenilles à la richesse, et va probablement se retrouver en guenilles", a lancé son défenseur principal, Me Graham Harris.

Tout a commencé, selon Yeung, entre 1989 et 1994 avec ses cinq salons de coiffure haut de gamme à Hong Kong fréquentés par le gratin local, dont l'un au Peninsula Hotel, un des plus beaux palaces d'Asie.

Il affirme avoir ensuite investi en Bourse après la crise asiatique de 1998 et empoché 300 millions de dollars HK (28 millions d'euros) en un peu moins de dix ans.

Enfin, sa passion du jeu assouvie à Macao lui aurait rapporté 30 millions de dollars HK entre 2004 et 2008.

"Voici un homme qui est prêt à mentir si nécessaire, il l'a déjà démontré", avait lancé le juge lundi en le déclarant coupable.

Birmingham City, vainqueur de la Coupe d'Angleterre 2011, avait été relégué à la fin de la même saison. L'équipe est actuellement 17e sur 24 en "Championship", la 2e division anglaise.

at/dca/pdh/gv/ig