NOUVELLES
07/03/2014 10:19 EST | Actualisé 07/05/2014 05:12 EDT

30 000 soldats russes en Crimée, selon l'Ukraine

Alors que la délégation de l'OSCE est interceptée pour une deuxième fois aux frontières de la Crimée, les gardes-frontières estiment à environ 30 000 le nombre de soldats russes déployés en Crimée.

Cette nouvelle évaluation des troupes russes dans la péninsule de Crimée est deux fois plus élevée que les chiffres annoncés précédemment par le gouvernement ukrainien, a déclaré vendredi un porte-parole des gardes-frontières à la télévision ukrainienne.

Lundi, un représentant du gouvernement ukrainien avait en effet déclaré à l'ONU que 16 000 militaires russes avaient été déployés en Crimée depuis le 24 février.

Le porte-parole des gardes-frontières, Sergueï Astakhov, a cependant pris soin de préciser que le chiffre de 30 000 est une estimation et qu'il comprend les troupes déployées en Crimée depuis la semaine dernière ainsi que celles qui sont en permanence à la base navale russe de Sébastopol.

Moscou, de son côté, soutient que les seuls soldats russes déployés en Crimée sont confinés sur la base de Sébastopol. Selon le gouvernement russe, les troupes qui occupent actuellement la Crimée sont des milices locales d'autodéfense.

Cette affirmation est rejetée par le gouvernement ukrainien et de nombreux observateurs qui ont entre autres relevé que les véhicules blindés avec lesquels les forces d'occupation se déplacent en Crimée portent des plaques d'immatriculation russes. Qui plus est, ces forces prennent grand soin de n'arborer aucune identification nationale sur leurs uniformes.

La mission de l'OSCE refoulée pour une deuxième fois

Pendant ce temps, sur le terrain, une trentaine de membres de la mission d'observation de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) ont été interceptés pour une deuxième fois vendredi aux frontières de la Crimée.

La délégation composée de représentants d'une vingtaine de pays, dont le Canada, tentait d'entrer en Crimée à bord d'autobus près du village de Tchongar, lorsque des hommes armés des forces prorusses ont immobilisé le convoi.

Les membres de la mission ont ensuite pris la décison de rebrousser chemin.

Jeudi, la délégation, qui a été invitée en Ukraine par le gouvernement de Kiev, avait aussi été interceptée et retournée hors de Crimée par des hommes armés.

Selon Moscou, les observateurs de l'OSCE n'ont pas reçu d'invitation officielle pour entrer en Crimée.

Le FMI « impressionné » par la volonté de changement de Kiev

C'est du moins la constatation qu'a faite vendredi le directeur du département Europe du Fonds monétaire international, Reza Moghadam, après une visite à Kiev, où il a rencontré les représentants du nouveau gouvernement ukrainien.

« Je suis positivement impressionné par la détermination des autorités, leur sens des responsabilités et leur engagement à un programme de réformes économiques et à la transparence », a déclaré Reza Moghadam à l'Agence France-Presse.

Selon lui, les travaux de la délégation du FMI à Kiev « progressent bien » et que le Fonds demeure prêt à aider le peuple ukrainien.