NOUVELLES
06/03/2014 03:16 EST | Actualisé 06/05/2014 05:12 EDT

USA: la Chambre approuve l'aide à l'Ukraine, le Sénat doit encore voter

L'aide économique promise par les Etats-Unis à l'Ukraine a été approuvée jeudi par la Chambre des représentants par 385 voix contre 23, une mesure que le Sénat doit encore adopter pour qu'elle se concrétise.

La mesure autorise le département d'Etat à garantir des prêts aux autorités de Kiev, ce qui signifie que les Etats-Unis se porteraient garants d'emprunts souscrits par l'Ukraine, et interviendraient en cas de défaut de paiement.

Le département d'Etat souhaite garantir des prêts à hauteur d'un milliard de dollars.

Le plan d'aide, qui semble faire consensus au Congrès, doit maintenant être adopté par le Sénat mais il n'est pas certain que les sénateurs aient le temps d'amender ou voter le texte avant leurs congés, à la fin de la semaine prochaine.

La proposition de loi de la Chambre, de deux pages, n'inclut pas d'autres mesures économiques ou de sanctions. Un article ratifiant un projet de réforme du Fonds monétaire international (FMI) ne figure pas non plus dans le texte, contrairement aux souhaits de l'administration américaine, qui argue que cette ratification permettrait au FMI de prêter davantage à l'Ukraine.

Parallèlement, jeudi, la commission des Affaires étrangères de la Chambre a adopté une résolution symbolique, non contraignante, appelant l'exécutif "à imposer des sanctions de visas, financières, commerciales et autres contre de hauts responsables de la Fédération de Russie, des banques et organisations commerciales contrôlées par l'Etat, ainsi que d'autres agences publiques".

"Je soutiens les sanctions limitées annoncées par le président, afin de geler certains avoirs et bloquer des visas américains", a déclaré jeudi le président de la Chambre, John Boehner. "C'est une bonne première étape, mais nous continuerons à travailler avec l'administration afin de donner au président Obama autant d'outils dont il aura besoin pour contenir le président Poutine et empêcher la Russie d'empiéter sur la souveraineté de ses voisins".

ico/rap