NOUVELLES
06/03/2014 10:46 EST | Actualisé 06/05/2014 05:12 EDT

Mondial-2014 - Allemagne: les soucis de Joachim Löw

Les soucis évoqués en début de semaine par le sélectionneur Joachim Löw ont été confirmés par la piètre prestation de l'Allemagne lors d'une victoire heureuse sur le Chili (1-0) mercredi, à moins de 100 jours du Mondial.

Dans le stade de Stuttgart, tout le monde était furieux: les spectateurs envers les joueurs qu'ils ont sifflés copieusement et particulièrement Mesut Özil, les joueurs envers eux-mêmes et Löw contre tous, comme l'ont montré ses coups de gueule sur le bord de touche au fil des errances de son équipe.

"Il va falloir passer la vitesse supérieure dans les mois à venir", a prévenu Löw après ce qui fut probablement la plus mauvaise copie de la Mannschaft depuis très longtemps, pire que lors du match nul contre le Paraguay (3-3) sept mois plus tôt en amical.

"C'est peut-être bien que certains aient vu qu'il existe aussi d'excellents joueurs dans d'autres nations", a titillé le sélectionneur, soulignant que "les autres nations ne se reposent pas sur leurs lauriers, particulièrement les Sud-américains".

Certes, le Chili, avec son jeu de courtes passes vif et précis, a validé son beau parcours de qualification au Mondial et sa capacité à faire souffrir les meilleures équipes, comme ce fut le cas contre l'Angleterre à Wembley (0-2) mi-novembre en amical.

Certes, Bastian Schweinsteiger manque encore clairement de jeu après une longue absence, et son association avec Philipp Lahm n'est visiblement pas encore rodée. Et oui, la Mannschaft manquait encore de cadres tels Sami Khedira, Marco Reus, Thomas Müller et Ilkay Gundogan, blessé depuis plus de 200 jours.

- Carences défensives -

Ces retours sont d'ailleurs espérés par Löw pour l'annonce de son groupe pour le Mondial le 8 mai prochain (date limite le 13 pour la liste des 30).

Seul Mario Götze a sauvé la face en inscrivant le but de la victoire, son 7e en sélection, au terme d'une belle entente avec Özil. Mais le joueur d'Arsenal s'est rapidement éteint.

Ce premier match de préparation a surtout montré une fois de plus les carences défensives de la Mannschaft. La charnière Mertersacker-Boateng et les latéraux Grosskreutz et Schmlezer ont vécu dans la peur durant la seconde période, sauvé par les parades de Neuer, la transversale et la tendance des feux follets chiliens à vouloir trop porter le ballon jusqu'au fond des filets.

La bonne nouvelle, c'est que les joueurs sont visiblement conscients qu'il reste du pain sur la planche pour réaliser un rêve: accrocher une 4e étoile sur le maillot.

"Il nous reste beaucoup de travail à effectuer, tout le monde le sait", concédait ainsi le capitaine Lahm, habituel métronome quel que soit le poste, mais dont la copie a également été entachée de quelques impairs.

A Lahm et aux nominés de redorer leur blason dès la prochaine sortie, le 15 mai contre la Pologne, avant de se tester face au Cameroun le 1er juin puis l'Arménie le 6 à la veille du départ pour le Brésil.

sg/pgr/mhc