NOUVELLES
06/03/2014 11:01 EST | Actualisé 06/05/2014 05:12 EDT

LE MONDE EN BREF DU 7 MARS

Voici le Monde en bref du vendredi 7 mars à 04H00 GMT:

KIEV - Le Parlement de Crimée a demandé jeudi son rattachement à la Russie, nouvelle étape vers une partition de l'Ukraine.

Les électeurs de la péninsule de deux millions d'habitants à majorité russophone stratégique pour Moscou auront le choix, au cours d'une consultation prévue le 16 mars, entre un rattachement à la Russie ou une autonomie nettement renforcée.

C'est "une farce, un crime contre l'Ukraine commis par les militaires russes", s'est insurgé le président ukrainien par intérim, Olexandre Tourtchinov.

Hors de Crimée, Donetsk, fief russophone dans l'est du pays, a connu ces derniers jours un regain de tensions, mais le gouverneur a fait intervenir jeudi la police pour apaiser les esprits. La police ukrainienne a repris le contrôle du siège du gouvernement régional occupé par des militants pro-russes et arrêté des dizaines de personnes.

WASHINGTON/MOSCOU - Le président américain Barack Obama et son homologue russe Vladimir Poutine se sont parlé jeudi soir une heure au téléphone. M. Poutine a rappelé au président américain l'importance des relations américano-russes qui "ne devraient pas être sacrifiées par des problèmes internationaux isolés, bien qu'extrêmement importants".

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry à vivement condamné la demande du parlement de Crimée de rattachement à la Russie: "La Crimée est une partie de l'Ukraine, la Crimée est l'Ukraine". M. Obama a estimé qu'il "violerait la Constitution ukrainienne et le droit international".

Après trois rencontres en deux jours, les chefs des diplomaties russe et américaine ne sont pas parvenus à trouver de solution.

BRUXELLES/WASHINGTON - Les Occidentaux ont annoncé de nouvelles sanctions économiques et diplomatiques contre Moscou. Les dirigeants européens ont suspendu les négociations sur les visas avec la Russie et menacé de prendre davantage de sanctions, notamment économiques, si la situation continuait à se détériorer.

En outre, à l'issue d'un sommet extraordinaire à Bruxelles, le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, a annoncé que l'UE allait signer l'accord d'association avec Kiev avant les élections du 25 mai en Ukraine.

M. Obama a ordonné des restrictions de visas pour "un certain nombre de responsables et d'individus", tenus pour "responsables ou complices de menacer la souveraineté de l'Ukraine". Le président américain a également autorisé des gels d'avoirs, visant potentiellement des responsables russes et ukrainiens.

SOTCHI (Russie) - Les XIe jeux Paralympiques s'ouvrent vendredi à Sotchi, mais l'opportunité de porter haut les couleurs du sport chez les handicapés risque d'être étouffée par les bruits de bottes en Ukraine.

Le président russe Vladimir Poutine est de nouveau attendu vendredi soir dans la ville sur les bords de la Mer Noire. Il doit assister à la cérémonie d'ouverture, prélude à des compétitions étalées jusqu'au 16 mars.

ALGER - Les forces de l'ordre ont interpellé jeudi à Alger une quarantaine de manifestants opposés à un 4e mandat du président Abdelaziz Bouteflika, les autorités semblant déterminées à étouffer dans l'oeuf la contestation avant le scrutin du 17 avril.

Après l'annonce de sa candidature le 22 février, les manifestations se sont multipliées et ont donné naissance à un mouvement, "Barakat" ("ça suffit"), comprenant notamment des militants des droits de l'Homme, des étudiants et des journalistes.

TRIPOLI - Saadi, un des fils de Mouammar Kadhafi, connu pour sa passion du football et réfugié au Niger, a été remis jeudi par Niamey à Tripoli qui l'accuse de meurtre et d'implication dans la répression de la révolte de 2011.

Saadi Kadhafi, 40 ans, s'était réfugié au Niger en septembre 2011 peu avant la chute du régime de Mouammar Kadhafi, capturé puis tué dans sa ville natale de Syrte le 20 octobre 2011.

TUNIS - L'état d'urgence en vigueur en Tunisie depuis la révolution de janvier 2011 a été levé avec près de quatre mois d'avance, alors que le pays émerge tout juste d'une année mouvementée marquée par des violences attribuées aux jihadistes.

Le nouveau Premier ministre, Mehdi Jomaa, a affirmé cette semaine que la situation sécuritaire était en amélioration mais que la vigilance restait de mise.

LA HAVANE - Cuba a accepté la proposition de dialogue lancée début février par l'Union européenne (UE), ouvrant la voie à une normalisation des relations entre l'UE et le régime communiste cubain, en froid depuis dix ans.

Le 10 février, les 28 pays de l'UE ont approuvé l'ouverture d'un dialogue visant à normaliser les relations avec Cuba, officiellement suspendues depuis 2003, afin d'encourager La Havane à poursuivre les réformes dans le domaine des droits de l'homme.

glr/jr