NOUVELLES
06/03/2014 09:04 EST | Actualisé 06/05/2014 05:12 EDT

La décision du Parlement de Crimée "illégitime" (Premier ministre ukrainien)

Le Premier ministre ukrainien, Arseni Iatseniouk, a qualifié jeudi d'"illégitime" la décision du Parlement de Crimée de demander le rattachement de la péninsule ukrainienne à la Russie.

S'exprimant devant la presse après une rencontre avec les dirigeants de l'Union européenne à Bruxelles, M. Iatseniouk a également jugé que le référendum organisé en Crimée le 16 mars n'avait "aucun fondement légal".

"Nous exhortons le gouvernement russe à ne pas soutenir ceux qui promeuvent le séparatisme en Crimée", a ajouté M. Iatseniouk.

Il a de nouveau demandé à la Russie que les troupes déployées en Crimée "retournent dans leur caserne" et qu'un dialogue s'engage en vue d'"une solution pacifique" à la crise.

Mais, a-t-il averti, "dans le cas où l'escalade se poursuivrait, le gouvernement et les autorités militaires ukrainiens réagiront comme le permet la Constitution". "Nous sommes prêts à protéger notre pays", a-t-il insisté d'un ton grave. "Nous avons moins d'armes (que la Russie), pas d'armes nucléaires, mais nous avons l'esprit de liberté".

"Un nouveau mur est en train d'être construit", a estimé M. Iatseniouk. "Je me tourne vers le président Poutine et je lui dis: Monsieur Poutine faites tomber ce mur d'intimidation et d'agression militaire, et construisez un nouveau type de coopération".

"Nous sommes prêts à la coopération", mais "nous ne sommes pas prêts à nous rendre et à être les vassaux de la Russie".

Le Premier ministre a demandé de nouveau à Moscou d'accepter des négociations, et a indiqué que l'idée d'un "groupe de contact" proposée par l'Allemagne était un "premier pas pour rétablir la stabilité". Mais "il semble que la Russie soit réticente à mener de véritables discussion", a-t-il souligné.

M. Iatseniouk a par ailleurs affirmé que l'Ukraine était prête à signer "dès que possible" l'accord d'association avec l'UE que l'ancien président Viktor Ianoukovitch avait refusé de signer en novembre.

"Le gouvernement ukrainien est déterminé à signer un accord d'association" avec l'UE et "nous sommes prêts à le signer dès que possible", a-t-il dit.

"Nous sommes persuadés que l'UE est déterminée, que l'UE soutient l'Ukraine et que tant l'Ukraine que l'UE sont prêtes à signer un accord d'association et à prendre les mesures pour stabiliser la situation dans la région", a-t-il ajouté.

Il a salué le plan d'aide proposé la veille par l'UE, d'un montant d'au moins 11 milliards d'euros. "Nous sommes dans un combat acharné" pour "stabiliser" la situation économique extrêmement difficile du pays. Il a souligné que son gouvernement avait repris ses négociations avec le FMI et était prêt à négocier pour "signer un accord" avec l'institution, condition au déblocage de fonds par la communauté internationale.

jlb/jri/phv