NOUVELLES
06/03/2014 04:56 EST | Actualisé 06/05/2014 05:12 EDT

La Bourse de Toronto clôture en baisse dans l'attente des données sur l'emploi

TORONTO - La Bourse de Toronto a clôturé en baisse, jeudi, alors que les investisseurs portaient leur regard sur la crise en Ukraine et attendaient le dévoilement, vendredi, de rapports sur la création d'emplois au Canada et aux États-Unis.

L'indice composé S&P/TSX a décliné de 32,25 points, à 14 271,92. Le dollar canadien a gagné 0,38 cent, à 90,98 cents US, au coeur de données meilleures qu'anticipé sur les permis de bâtir en janvier.

Les indices aux États-Unis ont affiché une progression, avec la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles en hausse de 61,71 points, à 16 421,89. L'indice du Nasdaq a décliné de 5,84 points, à 4352,13, tandis que l'indice de référence S&P 500 a avancé de 3,22 points, pour s'établir à 1877,03.

Les conditions hivernales ardues aux États-Unis ont plombé la création d'emplois. Des économistes s'attendent à ce que le rapport de vendredi affiche la création d'environ 145 000 nouveaux emplois pour février.

Certaines données encourageantes ont été dévoilées, jeudi. Les demandes hebdomadaires de prestations d'assurance-emploi aux États-Unis ont décliné à leur plus bas niveau en trois mois.

Les données sur l'emploi au Canada sont également publiées vendredi, et les analystes s'attendent à un bilan de 15 000 emplois créés le mois dernier.

Les marchés avaient aussi le regard porté sur les développements de la crise en Ukraine à la suite de l'invasion cette semaine par Moscou de bases militaires en Crimée, en territoire ukrainien.

Jeudi, les parlementaires criméens ont annoncé leur volonté de se séparer de l'Ukraine pour se joindre à la Russie, affirmant qu'un référendum sur la question sera organisé dans 10 jours.

Des analystes ont fait valoir que les marchés tentaient d'adopter une approche pragmatique sur cet enjeu.

«La réalité est qu'il n'y a pas de tarte économique pour laquelle se battre, a avancé John Stephenson, gestionnaire de portefeuille chez First Asset Funds. Si les Russes devaient envahir l'Iran, ce serait une autre histoire à cause du pétrole, qui représente davantage d'intérêt pour l'Occident que le blé et les pommes de terre.»

Les composantes industrielles ont cédé 0,55 pour cent. Le géant montréalais de l'ingénierie SNC-Lavalin (TSX:SNC) a fait état d'un bénéfice net de 92,54 millions $, ou 61 cents l'action, au quatrième trimestre, en deçà de la prévision des analystes. Son titre a glissé de près de 4,1 pour cent, ou 1,98 $, à 46,39 $.

Le secteur des biens de consommation cyclique a aussi retraité.

Les prix des matières premières ont par ailleurs connu des augmentations.

Le secteur des métaux de base a affiché la plus importante progression, avec un bond de 1,72 pour cent, et le cuivre pour livraison en mai a avancé de deux cents, pour s'établir à 3,22 $ US la livre.

Le secteur aurifère a gagné environ 0,47 pour cent, tandis que le cours du lingot pour livraison en avril a crû de 11,50 $, à 1351,80 $ US l'once.

Le pétrole brut sur le Nymex a avancé de 11 cents, à 101,56 $ US le baril, alors que le secteur de l'énergie a aussi affiché des gains.