NOUVELLES
06/03/2014 03:57 EST | Actualisé 05/05/2014 05:12 EDT

La Bourse de Francfort toute en retenue avant la BCE (+0,38%)

La Bourse de Francfort était en hausse jeudi matin, tout en restant sur ses gardes avant la réunion mensuelle de la Banque centrale européenne (BCE) et face à une situation toujours tendue en Ukraine.

A 08H34 GMT, l'indice vedette Dax, malmené depuis le début de la semaine en raison des tensions en Ukraine, rebondissait de 0,38% à 9.578,23 points. L'indice des valeurs moyennes MDax s'appréciait lui de 0,48% à 16.921,51 points.

En dehors de tout développement de la situation en Ukraine, un dossier sensible sur lequel vont se pencher jeudi les dirigeants européens lors d'un sommet extraordinaire à Bruxelles, la réunion mensuelle de la BCE et la conférence de presse de son président Mario Draghi "se tiennent tout en haut de l'agenda", soulignent les analystes de Postbank.

Si dans l'ensemble peu parient sur un changement du principal taux d'intérêt directeur, établi au niveau historiquement bas de 0,25%, une modification des prévisions de croissance et d'inflation en zone euro par l'institution monétaire sera scrutée. Selon les analystes de Postbank, "l'attention se portera clairement sur les prévisions d'inflation pour 2016", celles pour 2014 et 2015 étant déjà bien en dessous du niveau souhaité de 2%.

En attendant des nouvelles de la BCE, les investisseurs avaient une nouvelle flopée de résultats financiers d'entreprises à digérer. Ceux de Deutsche Telekom l'étaient particulièrement mal, au vu du recul de 2,42% à 11,90 euros, plaçant la valeur en avant dernière position du Dax.

Si l'opérateur télécoms s'est réjoui du net redressement de son activité T-Mobile aux Etats-Unis, qui regagne beaucoup de clients depuis sa coûteuse fusion avec son concurrent MetroPCS, les analystes, à l'instar de Heino Ruland, analyste cité par Dow Jones Newswires, semblaient déçus par les prévisions de légère progression de chiffre d'affaires et de stabilité du résultat brut d'exploitation.

Les publications du jour ne portaient visiblement pas chance, puisque le groupe de chimie et pharmacie Merck KGaA était à la dernière place, avec une baisse de 3,76% à 120,30 euros. Le doublement de son bénéfice 2013 n'a pas donné satisfaction aux investisseurs, Marietta Miemietz, analyste d'Equinet notant plutôt le "conservatisme" de ses prévisions, chiffre d'affaires et résultat Ebitda étant attendus stables.

Dans les publications du jour, seul Continental s'en sortait bien avec une hausse de 1,21% à 175,25 euros.

En haut du Dax, les premières places de l'indice étaient occupées par le fabricant de matériaux de construction HeidelbergCement (+3,71% à 62,66 euros) et celui d'engrais K+S (+2,56% à 25,39 euros).

Parmi les valeurs moyennes du MDax, la tendance était la même, avec une sanction pour les bilans financiers dévoilés avant la séance.

Ainsi, le titre d'Axel Springer reculait de 2,02% à 48,87 euros, malgré la promesse d'une hausse de dividende. L'éditeur a payé dans ses résultats 2013 le prix de ses importants investissements pour se distancer de la presse traditionnelle et s'imposer dans le numérique, mais prévoit une hausse de ses performances en 2014.

Récemment arrivé dans le MDax, le groupe de télévision RTL Group, basé au Luxembourg, mais filiale de l'allemand Bertelsmann, chutait de 3,02% à 92,14 euros après la publication de ses chiffres 2013.

maj/oaa/jh

DEUTSCHE POSTBANK AG

DEUTSCHE TELEKOM

T-MOBILE USA

MERCK KGAA

CONTINENTAL

HEIDELBERGCEMENT

K+S

AXEL SPRINGER AG

RTL GROUP

BERTELSMANN