NOUVELLES
05/03/2014 07:19 EST | Actualisé 05/05/2014 05:12 EDT

Un ancien conseiller de Harper soupçonné de lobbying illégal

La GRC a saisi les relevés bancaires d'un ancien conseiller de Stephen Harper soupçonné d'avoir fait du lobbying illégalement après avoir quitté le bureau du premier ministre en février 2009.

Selon des documents produits par un enquêteur de la GRC et obtenus par CBC et Radio-Canada, Bruce Carson aurait été rémunéré par une organisation de lobbying énergétique, la Energy Policy Institute of Canada (EPIC) pour promouvoir ses idées au sujet d'une politique nationale de l'énergie.

Il aurait notamment contacté et rencontré plusieurs anciens collègues à ce sujet, dont le greffier du conseil privé, plusieurs sous-ministres et chefs de cabinets, de même que Nigel Wright, l'ancien chef de cabinet de Stephen Harper.

Or, la loi interdit aux ex-employés de cabinets politiques de tenter d'influencer d'anciens collègues pendant une période de cinq ans après leur départ.

M. Carson serait aussi entré en contact avec Mario Lavoie, conseiller de l'ancien premier ministre du Québec, Jean Charest, pour établir une rencontre avec les ministres provinciaux de l'Énergie.

Contacts essentiels

L'enquêteur de la GRC Marie-Josée Robert spécifie que, sans l'utilisation de ses contacts, Bruce Carson n'aurait pas pu s'acquitter des tâches pour lesquelles il était payé.

Le document indique aussi que l'EPIC avait décidé, dès 2010, que Bruce Carson ne ferait pas de lobbying auprès du gouvernement fédéral.

Mais l'enquêteur de la GRC ajoute que ses activités de lobbying ont plutôt augmenté à partir de ce moment. 

M. Carson aurait reçu 160 000 $ pour ses activités entre février 2010 et février 2011, alors que son salaire initial était de 60 000 $

Dans un échange de courriel cité par la GRC, le président de l'EPIC, Doug Black, explique à M. Carson qu'il est la « sauce secrète », qui explique les bons progrès de l'organisation.  

Relevés bancaires saisis

Le document produit par l'enquêteur de la GRC a permis d'obtenir la saisie des relevés bancaires de M. Carson.

Pour le moment, aucune accusation n'a été déposée.

Bruce Carson est également devant les tribunaux pour une affaire séparée de trafic d'influence.

Avec les informations de Manon Globensky et de CBC