NOUVELLES
05/03/2014 09:11 EST | Actualisé 05/05/2014 05:12 EDT

L'avocat de Pistorius tente de miner la crédibilité des voisins

L'avocat d'Oscar Pistorius a tenté mercredi de miner le témoignage d'un couple qui prétend avoir entendu des cris et des coups de feu le matin où l'athlète paralympique sud-africain a abattu sa petite amie Reeva Steenkamp.

Barry Roux a affirmé que des relevés téléphoniques démontreront que les sons entendus par ces voisins n'étaient pas des coups de feu, mais plutôt Pistorius qui tentait de défoncer la porte de la salle de bain avec un maillet de cricket après avoir découvert qu'il venait de tirer sur sa copine.

Pistorius maintient depuis le début qu'il croyait avoir affaire à un intrus quand il a ouvert le feu.

Charl Johnson et sa femme Michelle Burger ont raconté au tribunal qu'ils ont entendu une femme crier, un homme appeler à l'aide, puis des coups de feu, très tôt le matin de la Saint-Valentin 2013. Lors de son contre-interrogatoire de M. Johnson, M. Roux a déclaré que les relevés téléphoniques démontrent que Pistorius a appelé un concierge vers 3h19 et qu'il a ensuite entrepris de défoncer la porte.

M. Johnson et Mme Burger ont déclaré avoir appelé la sécurité à 3 h 16, après quoi ils auraient entendu des coups de feu. Les heures similaires indiquent, selon M. Roux, que les sons étaient en fait les coups de maillet sur la porte.

M. Johnson a maintenu avoir entendu des coups de feu.

Plus tard pendant la journée, le boxeur Kevin Lerena a raconté que Pistorius lui a demandé, quelques semaines avant que Mme Steenkamp ne soit abattue, de prendre la responsabilité d'un coup de feu tiré accidentellement dans un restaurant huppé de Johannesburg. L'incident s'est produit en janvier 2013 quand Pistorius manipulait, sous la table, une arme chargée qui lui avait été remise par un autre ami, Darren Fresco. Un coup est parti accidentellement et a troué le plancher à quelques centimètres du pied de M. Lerena.

Pistorius aurait ensuite demandé à M. Lerena de prendre la responsabilité de l'accident auprès du gérant du restaurant, pour éviter de s'attirer l'attention des médias.