NOUVELLES
05/03/2014 11:14 EST | Actualisé 05/05/2014 05:12 EDT

La bataille électorale du Grand Montréal

Un résultat électoral est déjà assuré dans cette campagne qui démarre au Québec : les Montréalais enverront au moins quatre nouveaux élus à l'Assemblée nationale, car autant de députés sortants ne se représentent pas, du moins à Montréal.

Le Parti libéral détient les trois quarts des 28 circonscriptions de l'île, le Parti québécois en a cinq et Québec solidaire, deux.

Depuis plus de 30 ans, les libéraux maintiennent leur emprise sur presque toute l'île de Montréal, alors que le Parti québécois se cantonne dans une partie de l'est de la ville.

Pour consulter la carte sur votre appareil mobile, cliquez ici.

En fait, le principal changement au paysage électoral en 2012 a été l'arrivée de Françoise David dans la circonscription de Gouin, qui a fait doubler d'un coup le nombre de députés de Québec solidaire à l'Assemblée nationale. Québec solidaire tentera d'ajouter cette année Hochelaga-Maisonneuve et Sainte-Marie-Saint-Jacques, détenues par le PQ, ainsi que Laurier-Dorion, détenue par les libéraux. Le parti y a obtenu environ 25 % des voix en 2012.

À surveiller particulièrement cette année, la circonscription de Verdun, que le libéral Henri-François Gautrin a remportée en 2012 par à peine 500 voix de majorité sur son adversaire du Parti québécois. Le député de 70 ans a récemment annoncé son départ de la vie politique, après 25 ans de vie parlementaire.

Le Parti québécois mise sur la directrice du Théâtre du Nouveau Monde, Lorraine Pintal, pour ravir Verdun aux libéraux et sur l'ex-conseillère municipale de Vision Montréal Véronique Fournier pour soutirer la circonscription voisine de Saint-Henri-Sainte-Anne à Marguerite Blais, élue une première fois en 2007.

Le Parti libéral déploie de son côté une équipe d' économistes pour succéder entre autres à Yolande James et à Pierre Marsan dans deux forteresses de l'ouest de l'île. Le chef Philippe Couillard aura lui-même été député d'Outremont seulement quelques mois : il cède sa candidature à la vice-rectrice de l'Université de Montréal, Hélène David, pour se présenter dans la circonscription de Roberval, au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Quant à la Coalition avenir Québec, son principal défi à Montréal demeure d'y faire élire un premier député.

La Rive-Nord et la Rive-Sud seront pour leur part le théâtre d'une bataille électorale âprement disputée. Le Parti québécois tentera de reprendre sept circonscriptions qu'il avait perdues aux mains de la Coalition avenir Québec lors des dernières élections dans les Laurentides, dans Lanaudière et en Montérégie.

À Laval, la lutte se fera entre le PQ et le Parti libéral, ce dernier détenant présentement la majorité des circonscriptions de cette région.

D'après le reportage de Benoît Chapdelaine