NOUVELLES
05/03/2014 08:13 EST | Actualisé 05/05/2014 05:12 EDT

Chine: l'appel de Li Keqiang à combattre la pollution marque-t-il un tournant ?

Le Premier ministre chinois Li Keqiang a solennellement annoncé mercredi que le gouvernement avait "déclaré la guerre à la pollution", alors que les grandes métropoles du pays suffoquent sous un smog chronique.

++ Quelles mesures Li Keqiang a-t-il promises mercredi devant l'Assemblée nationale populaire (ANP), le Parlement chinois ?

Il a assuré que la Chine allait améliorer l'organisation de ses industries lourdes --notamment en éliminant les surcapacités de certains secteurs--, réaliser des économies d'énergie et réduire le volume des gaz d'échappement des véhicules.

Par ailleurs, 50.000 chaudières à charbon de taille moyenne seront supprimées, le reste des installations des centrales thermiques seront améliorées et feront l'objet d'une supervision accrue, tandis que six millions de véhicules âgés seront mis à la casse.

Enfin, la Chine se fixera un plafond pour limiter sa consommation totale d'énergie (aucun chiffre n'a été fourni par Li à ce sujet) et continuera d'augmenter la proportion des sources d'énergie non-fossiles dans sa consommation.

En revanche, Li Keqiang n'a pas explicitement promis que la consommation de charbon (qui fournit actuellement à la Chine plus de 70% de son énergie) diminuerait pour autant.

++ Est-ce que cela va marcher ?

La plupart des mesures anti-smog reposent sur la fermeture ou une supervision accrue des petites entreprises opérant dans l'industrie lourde, tout en imposant des restrictions aux puissants groupes aciéristes, qui possèdent leurs propres centrales à charbon.

Même si Pékin est sincèrement résolu à agir, le gouvernement central devrait se heurter à de sérieuses difficultés pour mettre en oeuvre ces nouvelles mesures dans les provinces.

"Pour atteindre les objectifs officiels en termes de propreté de l'air, il faudra faire fermer des usines et donc supprimer des emplois: c'est quelque chose que les gouvernements locaux se montrent encore extrêmement réticents à faire", a indiqué à l'AFP Li Yan, du bureau pékinois de l'ONG environnementale Greenpeace.

++ Qu'est-ce que la Chine a accompli par le passé pour contrer la pollution ?

Alors que les regards du monde entier se tournaient vers Pékin lors des Jeux olympiques de 2008, la ville a appliqué des mesures très strictes pour restreindre l'usage des voitures pendant plus de deux mois, afin de réduire de 60% les émissions toxiques. Les travaux de construction avaient cessé et les usines de la périphérie furent temporairement fermées.

Durant les épisodes les plus graves d'"airpocalypse", les grandes métropoles adoptent des mesures d'urgence et de court terme, notamment en empêchant de rouler les véhicules des administration publiques et en arrêtant des usines.

La municipalité de Pékin publie depuis 2012 des statistiques quotidiennes sur le niveau de pollution de l'air, ce qui a contribué à faire du sujet une priorité politique, mais l'Etat n'a encore élaboré aucune stratégie de long terme et à l'échelle du pays.

++ Qu'est que ce que les autorités avaient déjà promis et que s'est-il passé?

La municipalité de Pékin avait annoncé en 2012 que quelque 1.200 entreprises polluantes seraient éliminées au cours des trois années suivantes et qu'elle s'attaquerait aux émissions polluantes du trafic automobile.

Des projets pour intensifier les consommations d'énergie et renforcer les contrôles antipollution ont déjà été présentés à plusieurs reprises, et les autorités affichent leur ambition de promouvoir pétrole et gaz au détriment du charbon.

Pékin a par ailleurs mis en place des stations de vélos en libre service pour soulager un peu les embouteillages chroniques de la capitale.

De son côté, la province du Hubei (centre) a annoncé avoir fermé nombre de petits réacteurs électriques alimentés au charbon, représentant une capacité totale de 738.000 kilowatts.

Un rapport de Goldman Sachs publié en décembre a quant à lui fait état d'un repli sensible de la production d'acier, précisément en raison des mesures prises pour limiter la pollution.

nc-jug/abk